«La VSCO girl, c'est un peu la BCBG d'aujourd'hui. C'est BCBG, mais version plage. Elles s'habillent comme des filles normales, mais elles ont juste certaines caractéristiques qui sont typiquement VSCO girl.»
«La VSCO girl, c'est un peu la BCBG d'aujourd'hui. C'est BCBG, mais version plage. Elles s'habillent comme des filles normales, mais elles ont juste certaines caractéristiques qui sont typiquement VSCO girl.»

Au fait, c'est quoi une «VSCO girl»?

Des ados nous expliquent cette tendance (et pourquoi c'est un terme péjoratif).

Il peut se passer beaucoup de choses durant un été d'adolescence. Tout le monde a entendu parler du célèbre pic de croissance, propre à transformer un avorton en jeune adulte. Nous savons désormais qu'un été suffit aussi à voir émerger un tout nouvel archétype d'ado.

L'année dernière, il n'y avait pas de «VSCO girls» (prononcez «vésco»). Ou peut-être existaient-elles déjà, mais on ne les appelait pas encore VSCO girls? Quoi qu'il en soit, en ce début d'année scolaire, elles sont dans toutes les conversations, chez les ados comme chez les chroniqueuses de mode.

La VSCO girl, qui tire son nom de VSCO, une application de retouche et de partage de photos ressemblant à Instagram, porte des t-shirts trop grands à logos, des chouchous (qu'elle appelle «scrunchies») au poignet et des colliers de coquillages.

Elle montre qu'elle se soucie de l'environnement en ayant toujours sur elle une paille en métal et/ou une gourde de la marque Hydro Flask et elle aime dire à voix haute «sksksksk» (soit les lettres indiquant un bruit de frappe sur un clavier), entre autres signes hautement distinctifs. Surtout, elle est très, très présente dans la vie réelle.

«J'en connais. Il y en a à mon école», m'affirme Kelly, 15 ans. Sa propre cousine en est une.

«C'est vraiment là»

J'ai l'impression que les adolescentes sont tout aussi circonspectes que nous, adultes (car il faut bien avouer que nous le sommes) face à cette nouvelle tribu que sont les VSCO girls. Je dis cela après en avoir parlé avec plusieurs jeunes sources bien informées. Voici ce que j'ai découvert.

Tout d'abord, les ados reconnaissent qu'il est étrange que cette chose qu'elles avaient d'abord vu sur TikTok, où a mûri le phénomène VSCO girl, se soit manifesté si clairement dans les couloirs de leurs écoles.

«On dirait que c'est quelque chose qui n'existe que sur internet, mais j'en ai vu déjà pas mal dans la vraie vie, m'explique Julia, une autre ado de 15 ans. En général, on se les montre quand on en repère une. Il arrive même que l'on se moque un peu d'elles. Elles sont vraiment trop conformistes. Dans leurs placards, il n'y a que des t-shirts trop grands et des shorts Nike.» Les t-shirts sont censés couvrir les shorts: «On ne voit jamais ce qu'elles portent en bas», m'a dit Kelly.

À en croire les ados, ce serait une tendance beaucoup plus visible que les autres déjà popularisées par TikTok. «À l'école, on voit des VSCO girls, mais pas de e-boys ou d'autres trucs comme ça», me raconte Emely, 15 ans, en référence à une autre sous-culture née sur TikTok, sorte de version modernisée des ados que l'on appelait «scene» ou «emo» il y a quinze ans. «Personne ne s'habillait vraiment comme ça dans la vraie vie. C'était juste sur l'application, se souvient Tori, 16 ans, à propos des e-boys et e-girls. Cette fois-ci, c'est vraiment là

Si la tendance semble bien installée aujourd'hui, il semblerait presque que les parodies de VSCO girls sur TikTok et YouTube soient apparues avant les VSCO girls elles-mêmes (c'est pourquoi je m'attends à moitié à découvrir dans quelques mois que toute cette histoire de VSCO girls n'était qu'un coup de marketing viral).

VSCO, c'est une appli pour éditer des photos et tout ça. Vraiment, je vois pas le rapport. C'est juste comme ça qu'on les appelle, c'est tout.
Emely, 15 ans

«Avant, la fille populaire de base ne s'habillait pas comme ça, m'assure Cassandra, une jeune fille de 15 ans. J'ai l'impression qu'elles ont ajouté des trucs durant l'été, comme les colliers, les chouchous, les t-shirts trop grands…»

Tori ajoute: «Elles s'habillaient déjà un peu comme ça. Mais quand c'est devenu la grosse mode sur TikTok, beaucoup de filles ont commencé à s'habiller plus comme des VSCO girls.» Il serait alors possible que le terme «VSCO girl» ait servi à nommer et codifier une tendance déjà en cours.

Quant au fait que le nom provienne de l'application VSCO, la plupart des ados que j'ai interrogées ont haussé les épaules en me conseillant de ne pas m'en occuper. Beaucoup de VSCO girls n'utiliseraient même pas l'application. «VSCO, c'est une appli pour éditer des photos et tout ça. Vraiment, je vois pas le rapport. C'est juste comme ça qu'on les appelle, c'est tout», expose Emely.

Promotion 2023

Si les ados s'accordent toutes sur ce que porte la VSCO girl, leurs réponses sont plus fluctuantes lorsqu'on leur demande d'en faire un portrait type. Pour certaines, elle est la nouvelle incarnation de la fille cool: «En général, ce sont des filles minces, blanches, riches et vraiment populaires», m'apprend Kelly (avant d'ajouter que tout l'attirail VSCO «coûte très cher»).

Julia, qui va dans une école publique, a tendance à les associer aux écoles privées. Mais alors, sont-elles populaires dans le style bad girls ou plutôt premières de la classe? «Souvent, c'était le genre de fille qui se moquait de toi en primaire», affirme Kelly. Et certaines ne sont que des m'as-tu-vu: «Les filles populaires sont des VSCO girls, mais il y en a aussi qui ne sont pas aussi populaires, explique Lauren, 15 ans elle aussi. Elles aiment tout ce qui est à la mode, genre la musique que tout le monde écoute.»

Pour Julia, «la VSCO girl, c'est un peu la BCBG d'aujourd'hui. C'est BCBG, mais version plage. Elles s'habillent comme des filles normales, mais elles ont juste certaines caractéristiques qui sont typiquement VSCO girl».

Elles font toutes les mêmes blagues encore et encore, elles utilisent toujours toutes les mêmes mèmes. C'est nul.
Kelly, 15 ans

Cela nous amène à un autre point fréquemment associé aux VSCO girls et qui, en 2019, pourrait remettre en cause leur aspect «cool»: la médisance classique des femmes entre elles, car la VSCO girl est la version adolescente de la basic bitch.

«Elles s'habillent toutes à peu près pareil et, pour moi, elles n'ont pas vraiment de personnalité», me confie Lauren. Kelly est d'accord: «Elles font toutes les mêmes blagues encore et encore, elles utilisent toujours toutes les mêmes mèmes. C'est nul. Elles sont basiques, elles ne sont pas intéressantes.» Cassandra ajoute: «Je ne crois pas qu'elles aient beaucoup de personnalité. Ni beaucoup d'humour.» Tori conclut: «Franchement, elles sont toutes pareilles.»

Emely va plus loin. Elle a élaboré une théorie selon laquelle les VSCO girls sont si basiques qu'elles sont forcément plus jeunes qu'elle: «Les VSCO girls, en gros, c'est la promotion 2023.» Bien entendu, toutes ces choses ne peuvent être vraies en même temps. La VSCO girl pourra être… toute fille que vous voulez qu'elle soit. Et vous ne voulez surtout pas que ce soit vous.

Péjoratif

La plupart des adolescentes à qui j'ai parlé s'accordaient pour dire que «VSCO girl» était une appellation péjorative, qu'il valait mieux éviter d'être perçue comme telle. Et elles n'étaient pas certaines que quiconque puisse clairement se revendiquer VSCO girl ou même fortement attachée à cet univers.

«Aucune de mes amies n'est pleinement VSCO girl», m'assure Julia. Puis elle ajoute: «Il y en a beaucoup qui ont des comportements qu'aurait une VSCO girl –elles s'habillent beaucoup comme elle– mais à ce que j'ai vu, les VSCO girls sont généralement blanches et elles vont dans des écoles privées. Certaines de mes amies sont clairement limite VSCO girls.» Voilà un discours qui semble tout de même témoigner un certain déni.

«Cela faisait des années que je portais des t-shirts trop grands, mais j'ai arrêté à cause des VSCO girls. Je n'ai pas envie que l'on pense que j'en suis une.
Cassandra, 15 ans

D'autres filles m'ont confessé avoir changé leur façon de s'habiller et de parler afin d'éviter de passer pour une VSCO girl. Emely m'explique qu'elle s'abstient désormais de porter des chouchous à l'école. Elle avait aussi autrefois l'habitude de dire «sksksksk». Plus maintenant.

«Même quand des filles normales le disent à l'école, tout le monde est là: “Oh mon Dieu, c'est une VSCO girl!” Donc, je ne le dis plus.» Cassandra, de son côté, a abandonné une pièce essentielle de sa garde-robe: «Cela faisait des années que je portais des t-shirts trop grands, mais j'ai arrêté à cause des VSCO girls. Je n'ai pas envie que l'on pense que j'en suis une.»

La grande question est donc de savoir si, après la mode, les VSCO girls vont perdurer. Lauren «pense que ça va durer un moment, parce que c'est comme si ça avait toujours été là. C'est juste que, là, on leur a enfin donné un nom. Donc, oui, je pense que ça va rester».

Mais alors, comment vont-elles passer l'hiver, me suis-je demandée, vu que les shorts et les t-shirts trop grands sont une partie essentielle de leur esthétique? C'est le short qui fait tout. Que vont-elles porter? «Sans doute des leggings», propose Lauren. Bon, eh bien… longue vie aux VSCO girls.

En ce moment

La plus grosse arnaque de la Silicon Valley, la gentrification vue de Google Maps, le hacking des DAB, une semaine sur korii.

Et Cætera

La plus grosse arnaque de la Silicon Valley, la gentrification vue de Google Maps, le hacking des DAB, une semaine sur korii.

Retour sur une riche semaine.

Des trottinettes télécommandées, Alicem en question, l'espionnage low cost, à lire sur korii.

Et Cætera

Des trottinettes télécommandées, Alicem en question, l'espionnage low cost, à lire sur korii.

Le récap' du jour.

Les personnes en surpoids plus susceptibles d'être censurées par Instagram

Et Cætera

Les personnes en surpoids plus susceptibles d'être censurées par Instagram

L'algorithme de la plateforme signalerait davantage leurs photos dénudées que celles des personnes minces.