Une employée d'Amazon utilise un robot pour déplacer une étagère dans un entrepôt à New York. | Johannes Eisele / AFP
Une employée d'Amazon utilise un robot pour déplacer une étagère dans un entrepôt à New York. | Johannes Eisele / AFP

Les 100.000 robots d'Amazon pourront-ils gérer Noël?

Avant, une grande quantité de travail saisonnier humain était nécessaire.

L'une des clés de la réussite d'Amazon dans le monde du e-commerce est l'automatisation. Dans ses entrepôts répartis à travers le monde, plus de 100.000 robots transportent, classent et scannent les millions de paquets qui transitent chaque jour via l'entreprise.

Mais ces robots ne sont pas capables de s'occuper seuls de cette charge de travail. Des centaines de milliers d'employé·es doivent les assister dans leur tâche. Du moins pour l'instant.

Car, Amazon ne s'en cache pas, ses robots sont de plus en plus perfectionnés et remplacent, petit à petit, ses travailleurs et travailleuses humaines. Le dernier indice de cette tendance se trouve dans le nombre d'embauches pour la période de Noël.

Comme pour la plupart des commerces, les fêtes sont une période faste pour Amazon, qui a alors besoin de renfort pour tenir la cadence. En 2018, l'entreprise avait temporairement recruté environ 100.000 personnes pour l'occasion.

Des robots de plus en plus efficaces

Cela peut paraître un nombre important, mais pour le remettre en perspective, d'après l'analyste Challenger, Gray & Christmas, Amazon avait employé entre 120.000 et 150.000 personnes de plus en 2016 et 2017.

En 2018, pour la première fois, Amazon a réduit le nombre de recrutements en vue des fêtes de fin d'année au lieu de l'augmenter. Tout cela grâce au –ou à cause du– gain d'efficacité des robots, qui permettent d'absorber une plus grande partie du pic de la demande.

Pour l'instant, les emplois relativement épargnés par l'automatisation sont ceux du secteur de la livraison, un travail qui nécessite encore des êtres humains.

En ce moment

Grosse frayeur pour l'ISS, Jeff Bezos pas astronaute, le F-35 trollé par l'US Air Force, l'hebdo de korii.

Et Cætera

Grosse frayeur pour l'ISS, Jeff Bezos pas astronaute, le F-35 trollé par l'US Air Force, l'hebdo de korii.

Dix (courts) articles pour comprendre votre monde autrement, et briller en société.

Votre vieille voiture vaut désormais plus cher que quand vous l'avez achetée

Biz

Votre vieille voiture vaut désormais plus cher que quand vous l'avez achetée

L'occasion fait le larron.

Grosse, grosse frayeur pour la Station spatiale internationale

Tech

Grosse, grosse frayeur pour la Station spatiale internationale

Le module russe Nauka a donné quelques sueurs très froides à la Nasa.