Une vue d'artiste, présentée par Lockheed Martin, de ce à quoi pourrait ressembler le futur chasseur NGAD. | kadonkey via Twitter
 
Une vue d'artiste, présentée par Lockheed Martin, de ce à quoi pourrait ressembler le futur chasseur NGAD. | kadonkey via Twitter
 

Avec leur prochain chasseur NGAD, les États-Unis veulent dominer les cieux dès 2030

La sixième génération américaine se précise.

En 2020, le secrétaire adjoint de l'Air force Will Roper avait surpris le monde en annonçant avoir construit et testé un prototype expérimental de chasseur de nouvelle génération, baptisé Domination aérienne de nouvelle génération (NGAD).

Deux ans plus tard, son successeur, Frank Kendall, annonce déjà l'ouverture de la phase d'«ingénierie et développement pour la production» (EMD) de la plateforme, avec pour horizon une mise en service d'ici à 2030.

Frank Kendall a précisé qu'il allait accélérer le processus, afin de (re)mettre l'avion dans les airs aussi rapidement que possible, quitte à dévier des protocoles. «L'Air Force a tendance à faire des petites démonstrations au moment du démarrage de la phase EMD. […] Je ne suis pas intéressé par ces démonstrations expérimentales si elles ne sont pas une étape nécessaire.» Il faudra donc attendre encore un peu pour disposer de précisions sur l'engin.

Cette aura de mystère plane aussi sur le constructeur de ces avions, encore inconnu. S'il se dit que l'entreprise américaine de défense Lockheed-Martin pourrait être aux manettes, pour la première fois, l'Air force n'exclurait pas la possibilité de recourir à de multiples sociétés pour construire les différents modules du programme.

Système de systèmes

«Programme», car le NGAD ne se résume pas seulement à un avion. Si un chasseur piloté par l'homme est bien au cœur du programme, il sera accompagné de drones, de nouvelles armes, de capteurs dernier cri et de nouveaux moyens de communication.

Avec le NGAD, l'armée de l'air américaine souhaite créer ce qu'elle appelle un «système de systèmes», une plateforme adaptable capable d'assurer la supériorité tactique des États-Unis dans n'importe quelle situation.

Un avion pourrait ainsi notamment être accompagné de plusieurs drones épaulant l'appareil principal, à l'image du Loyal Wingman de Boeing, un drone d'escorte quasi autonome.

Pour financer ce programme, l'armée réclame 1,7 milliard de dollars (1,59 milliard d'euros) pour le budget 2023, sur une demande totale de 773 milliards. Et l'Air Force a d'ores et déjà prévenu les parlementaires: chaque chasseur coûtera «plusieurs centaines de millions de dollars».

En ce moment

En Ukraine, le rôle vital de la CIA et des forces spéciales internationales

Tech

En Ukraine, le rôle vital de la CIA et des forces spéciales internationales

Dans le pays ou chez ses voisins, un réseau s'active pour aider Kiev à résister à la Russie.

La crise russe du code informatique: un grand bond en arrière

Tech

La crise russe du code informatique: un grand bond en arrière

Pour les logiciels de ses machines aussi, le pays dépend totalement de l'Occident.

✈️ Des sièges à deux étages dans les avions 🌾 Le vol du blé ukrainien ⚛️ La fusion dans votre garage, hier sur korii.

Et Cætera

✈️ Des sièges à deux étages dans les avions 🌾 Le vol du blé ukrainien ⚛️ La fusion dans votre garage, hier sur korii.

Quatre articles pour comprendre le monde autrement.