L'une des traductions de «mayhem» est «grabuge». | Leidos
L'une des traductions de «mayhem» est «grabuge». | Leidos

Frappes et renseignement hypersoniques: le «project Mayhem» de l'US Air Force est lancé

Un successeur pour le mythique SR-71 «Blackbird»?

En matière hypersonique, les États-Unis sont loin d'être en avance, mais semblent vouloir mettre les bouchées doubles. Ainsi, alors que les premiers tests du missile hypersonique AGM-183A ARRW ont enfin été couronnés de succès côté américain, la Chine semble être dotée d'un engin qui, dès octobre 2021, mettait le Pentagone en émoi, et la Russie ne cesse de mettre en avant ses propres –supposées– réussites en la matière, avec le Zircon notamment.

Du côté de Washington, c'est le plutôt secret projet Mayhem qui semble enfin avancer, ainsi que l'explique The War Zone. Un contrat de 334 millions de dollars a ainsi été signé avec la firme Leidos, chargée de coordonner le développement d'une machine qui pourrait aller bien au-delà du simple missile, fut-il plus rapide que l'éclair.

Leidos a ainsi été choisie pour appuyer les recherches de l'U.S. Air Force Research Laboratory (AFRL), afin de créer un appareil hypersonique, capable de voler à une vitesse de cinq fois la vitesse du son (Mach 5) ou plus, ainsi que de réaliser des missions intitulées «Intelligence, surveillance et reconnaissance» (ISR) ou de lancer des frappes de natures variées sur l'ennemi.

«Ce programme se concentre sur la fourniture d'un aéronef hypersonique capable de mener des missions multiples avec une interface de charge utile standardisée, et ainsi fournir une avancée technologique significative et de futures capacités», explique dans son jargon le Pentagone, qui vise la fin des premiers tests en 2028.

Projet «Grabuge»

Pour atteindre ses folles vitesses, l'appareil devrait être doté d'un «scramjet», un superstatoréacteur puisant l'oxygène nécessaire à la combustion de son carburant non dans des réservoirs mais directement dans l'atmosphère.

The War Zone note néanmoins et de manière plus spécifique que le projet Mayhem a, par le passé, été lié à des recherches sur d'autres modes de propulsion, notamment des réacteurs dits «turbine-based combined cycle» (TBCC) ou «dual-mode ramjet designs».

Ces designs évolués pourraient offrir à l'aéronef issu du projet Mayhem une meilleure manœuvrabilité à basse vitesse, ce qui est crucial: comme son plus évident ancêtre, le mythique SR-71 «Blackbird», cela pourrait lui permettre de décoller et d'atterrir de pistes classiques au sol, tandis qu'un «scramjet» plus classique nécessiterait plus certainement un lancement depuis les airs, avant accélération.

Le système est prévu pour emporter, sur une portée doublée, une charge utile cinq fois plus massive que ce qui est actuellement disponible pour l'US Air Force –il n'est néanmoins pas précisé au poids de quels matériels du présent cette imposante charge du futur est comparée.

Outre divers instruments nécessaires à ses missions d'espionnage, il est également précisé que l'appareil qui naîtra du projet Mayhem, qui pourrait n'être qu'un premier prototype pour d'autres aéronefs utilisant le savoir alors acquis, devra être capable de procéder à deux types de frappes, là encore suffisamment mal définies par les documents officiels pour permettre à l'imagination de faire son travail.

Il est ainsi question de «charge unitaire massive», ce qui pourrait donc assez sobrement être une bombe, pourquoi pas un projectile nucléaire, pourquoi pas un «bunker buster» d'un nouveau genre, capable de transpercer les plus robustes des édifices.

Il est également question d'autre charges dites à «effet large» («area effect»): The War Zone pariait alors pour des projectiles à sous-munitions, voire pour des essaims de drones, que l'engin pourrait aller semer aux quatre vents en territoire hostile avant de revenir vers ses pénates.

L'appareil qui naîtra de ce projet encore assez secret a peut-être déjà un concurrent, du moins un concurrent de papier et de communication. Dès 2013, il était question du côté de Lockheed Martin et de sa structure de pointe Skunk Works d'offrir un successeur au mythique SR-71 «Blackbird».

L'avionneur serait ainsi au travail sur un SR-72 qui, épisodiquement, montre virtuellement le bout de ses vitesses hypersoniques sans présenter un caractère plus concret –sinon dans Top Gun: Maverick, sous les traits du fameux «Darkstar».

En ce moment

Le top 13 des missiles les plus dangereux au monde

Tech

Le top 13 des missiles les plus dangereux au monde

Dans la course aux armes hypersoniques, Chine et Russie ont plusieurs longueurs d'avance sur les États-Unis.

🌞 Le soleil qui tourne à l'envers ✈️ Le MiG-29, héros d'Ukraine 🔪 Les criminels de Wagner dans la nature: l'hebdo de korii.

Et Cætera

🌞 Le soleil qui tourne à l'envers ✈️ Le MiG-29, héros d'Ukraine 🔪 Les criminels de Wagner dans la nature: l'hebdo de korii.

Dix (courts) articles pour bannir l'ennui de votre dimanche et prendre de l'avance sur le monde.

☢️ Des mini-centrales peu efficaces 🕘 Une aide à l'Ukraine trop tardive 🚗 L'Autopilot Tesla aux fraises, hier sur korii.

Et Cætera

☢️ Des mini-centrales peu efficaces 🕘 Une aide à l'Ukraine trop tardive 🚗 L'Autopilot Tesla aux fraises, hier sur korii.

Quatre articles pour prendre de l'avance sur le monde.