Cet X-plane ne dispose pas des traditionnelles gouvernes de vol, ces surfaces mobiles permettant habituellement de diriger les avions. | DARPA
Cet X-plane ne dispose pas des traditionnelles gouvernes de vol, ces surfaces mobiles permettant habituellement de diriger les avions. | DARPA

Le design fou du CRANE, nouvel «X-plane» de la DARPA qui n'a besoin que d'air pour voler

Aucun élément mobile pour ce curieux engin au potentiel révolutionnaire.

Souvent méconnus mais pourtant passionnants, les X-planes (parfois appelés avions-X) sont des engins volants expérimentaux développés par les États-Unis. Avions, hélicoptères ou fusées, appareils autonomes ou pouvant accueillir des pilotes, ces appareils sont souvent développés dans le plus grand des secrets.

Le premier d'entre eux, le X-1, fut lancé le 19 janvier 1946 dans le cadre de recherches sur le vol à haute vitesse. Il est resté dans l'histoire comme le premier engin à avoir franchi le mur du son en vol horizontal.

Depuis, une soixantaine d'autres appareils ont été conçus et testés. Parmi les projets officialisés, celui dont la conception a été lancée le plus récemment se nomme le X-61, testé dès 2019. Mais celui qui attirait dernièrement l'attention des spécialistes est le X-59, dont la phase de tests doit se poursuivre en 2023, après un certain retard à l'allumage.

Aujourd'hui, The War Zone s'intéresse à un nouveau modèle qui s'annonce fascinant à plus d'un titre. Le média nous apprend que la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA, l'agence du département américain de la Défense chargée de la recherche et développement des nouvelles technologies destinées à un usage militaire) vient de réaliser une avancée notable au sein de son pôle d'innovation aérienne, nommé CRANE (pour «Control of Revolutionary Aircraft with Novel Effectors»).

Contrôle des flux d'air

Le nouveau fer de lance du CRANE n'a pas encore de nom –s'appellera-t-il X-62?–, mais il se distingue en tout cas des précédents par sa façon assez inédite de se déplacer dans les airs.

Et pour cause: cet X-plane ne dispose pas des traditionnelles gouvernes de vol, ces surfaces mobiles permettant habituellement de diriger les avions selon la sainte trinité tangageroulislacet.

À la place, l'appareil utilise un système de contrôle des flux aériens (AFC) grâce auquel on peut le manœuvrer uniquement à l'aide de rafales d'air comprimé. Utilisable dans le domaine civil comme dans l'aviation militaire, cette nouvelle technologie pourrait être particulièrement intéressante dans le cadre de la conception de nouveaux avions furtifs.

Dans un récent communiqué de presse, la DARPA annonçait que les premières étapes de ce projet ont été si convaincantes qu'un contrat a été signé pour prolonger les expérimentations au-delà du 12 décembre 2022, qui était la date butoir fixée jusque là. C'est Aurora Flight Sciences, une filiale de Boeing, qui codirige ce programme estampillé CRANE.

Après cette nouvelle phase, qui inclut essentiellement la conception détaillée de l'appareil et la mise au point de son logiciel de vol, l'étape suivante est d'ores et déjà prévue: il s'agira du lancement pur et simple de l'appareil ainsi conçu, dont la masse devrait avoisiner les trois tonnes.

Un design hors normes

Visuellement, l'appareil est assez incroyable. Chez Aurora, on s'est appuyé sur des études de design aérien datant de 2020 et 2021, mais aussi sur le modèle X-48C, pour mettre au point ce modèle constitué d'un fuselage central agrémenté de deux ensembles d'ailes formant un V (reliant la tête et la queue de l'appareil) et d'une double queue verticale. Une disposition qui lui permettra de manœuvrer dans les airs avec une grande efficacité.

Reste qu'en l'état actuel des choses, on ne dispose pas d'assez d'informations pour comprendre totalement le mode de fonctionnement de ce nouvel appareil. À cet stade, il est notamment impossible de savoir si son système principal de propulsion est censé générer lui-même l'air comprimé nécessaire à son bon fonctionnement, ou si une source auxiliaire est indispensable.

Quoi qu'il en soit, Aurora et ses partenaires croient dur comme fer à ce nouveau mode de fonctionnement, qui pourra ensuite être utilisé pour d'autres engins. «Le programme approche de son objectif, qui est de pouvoir équiper de futurs appareils, à vocation militaire ou commerciale, d'un système AFC», pouvait-on lire dans un communiqué de presse publié en décembre 2022.

Avant cela, il faudra encore plusieurs années de patience, puisque les tests en vol ne seront réalisés qu'à partir de 2025.

En ce moment

Le top 13 des missiles les plus dangereux au monde

Tech

Le top 13 des missiles les plus dangereux au monde

Dans la course aux armes hypersoniques, Chine et Russie ont plusieurs longueurs d'avance sur les États-Unis.

🌞 Le soleil qui tourne à l'envers ✈️ Le MiG-29, héros d'Ukraine 🔪 Les criminels de Wagner dans la nature: l'hebdo de korii.

Et Cætera

🌞 Le soleil qui tourne à l'envers ✈️ Le MiG-29, héros d'Ukraine 🔪 Les criminels de Wagner dans la nature: l'hebdo de korii.

Dix (courts) articles pour bannir l'ennui de votre dimanche et prendre de l'avance sur le monde.

☢️ Des mini-centrales peu efficaces 🕘 Une aide à l'Ukraine trop tardive 🚗 L'Autopilot Tesla aux fraises, hier sur korii.

Et Cætera

☢️ Des mini-centrales peu efficaces 🕘 Une aide à l'Ukraine trop tardive 🚗 L'Autopilot Tesla aux fraises, hier sur korii.

Quatre articles pour prendre de l'avance sur le monde.