Deux A380 à Châteauroux-Déols, le 29 octobre 2020. | Guillaume Souvant / AFP

Deux A380 à Châteauroux-Déols, le 29 octobre 2020. | Guillaume Souvant / AFP

Airbus va mettre l'A380 au service de l'hydrogène

Il servira de base au futur avion zéro émission du constructeur.

Plus gros avion porteur de passagers au monde, l'Airbus A380 n'a finalement pas rencontré le succès espéré. Trop gros, trop cher et trop polluant, ce mastodonte capable d'embarquer 850 voyageurs, dont le dernier exemplaire est récemment sorti des lignes de production de son constructeur, va pourtant bénéficier d'une seconde vie: engin testeur de moteurs à hydrogène.

Avec son programme ZEROe, le constructeur européen souhaite introduire ce combustible «propre» dans ses avions commerciaux, et compte lancer son premier appareil zéro émission d'ici 2035.

En partenariat avec CFM International, co-entreprise formée par l'américaine General Electric et la française Safran et spécialisée dans la conception de réacteurs d'avion, Airbus va donc utiliser l'A380 comme un engin expérimental.

Pour cela, l'appareil conservera ses quatre réacteurs sous les ailes mais sera équipé en plus d'un cinquième moteur fonctionnant à l'hydrogène, placé à l'arrière de l'avion et alimenté par quatre réservoirs de carburant de 400 kilos chacun.

L'avantage de l'A380 est que sa taille gigantesque lui permet à la fois de porter ce nouveau moteur, mais aussi de contenir les volumineux réservoirs d'hydrogène liquide nécessaires à son fonctionnement et une batterie d'appareils dédiés à l'analyse des tests.

Airbus va d'abord, et dès cette année, procéder à des essais au sol, puis laisser cet A380 customisé prendre les airs d'ici 2026.

Défi technologique

L'espoir est que, lorsqu'elle sera mieux maîtrisée, cette technologie pourra être adaptée à des avions commerciaux classiques. Ce n'est pas encore gagné: il faudra pour cela effectuer de gros progrès technologiques.

L'hydrogène est moins efficace que le kérosène et nécessite donc que l'avion en embarque une plus grande quantité. Afin de rester liquide, l'hydrogène doit aussi être conservé à -250°C sous haute pression dans des réservoirs cylindriques.

Si ces réservoirs ne posent pas de problème dans un immense A380, il faudra se montrer créatif pour les faire tenir dans un plus petit aéronef.

Et tout cela est sans compter qu'au-delà de l'avion en lui-même, l'hydrogène ne pourra réellement être considéré comme «zéro émission» que quand il pourra être produit en grande quantité sans polluer.

En ce moment

La dette créée par Elon Musk pourrait tuer Twitter

Biz

La dette créée par Elon Musk pourrait tuer Twitter

Les bots ne sont sans doute pas le vrai problème.

Bières, appâts de pêche et grenades: les folles transformations des drones ukrainiens

Tech

Bières, appâts de pêche et grenades: les folles transformations des drones ukrainiens

Lorsqu'il s'agit de tuer, l'imagination n'a aucune limite.

🔥 Les gros canons qui changent la guerre 🔫 Ukraine et trafic d'armes 🛢️ Les nouvelles fortunes du pétrole, hier sur korii.

Et Cætera

🔥 Les gros canons qui changent la guerre 🔫 Ukraine et trafic d'armes 🛢️ Les nouvelles fortunes du pétrole, hier sur korii.

Quatre articles pour voir le monde sous un autre jour.