Il est si mignon que l'on voudrait en faire notre robot de compagnie. | Via Amazon
Il est si mignon que l'on voudrait en faire notre robot de compagnie. | Via Amazon

Amazon a cloné un quartier entier pour tester ses robots de livraison

La firme a reproduit une zone de 2 kilomètres carrés en la balayant à l'aide de caméras, de lasers et d'avions.

Pour livrer ses colis toujours plus rapidement, Amazon réfléchit à les acheminer à l'aide de robots autonomes. Pour rendre ce service le plus performant possible et éviter l'encombrement des rues, la firme américaine a virtuellement reproduit un quartier grandeur nature, pour parachever le test de ses engins.

Le géant du e-commerce a choisi de recréer une partie du comté de Snohomish, non loin de Seattle aux États-Unis, pour expérimenter son robot à six roues nommé Scout et destiné à circuler sur les trottoirs pour livrer des colis à domicile. Cette banlieue synthétique permet à Amazon de tester des milliers de machines dans des conditions météorologiques variées et proches de la réalité.

Simulation ultra-réaliste

Pour reproduire fidèlement le revêtement en asphalte des routes ou le feuillage des sapins du quartier, la société de Jeff Bezos a capturé des images en 3D à l'aide de caméras et de lidars (des appareils émettant un faisceau laser et en recevant l'écho, ce qui permet de déterminer la distance d'un objet) remorqués à l'arrière d'une bicyclette. Des prises de vues aériennes ont complété les données recueillies.

Le système de contrôle du robot Scout comporte un logiciel attribuant des caractéristiques aux pixels de sa caméra: il peut étiqueter chacun d'entre eux comme étant de l'herbe, un trottoir, une route ou autre.

Amazon affirme que cette simulation est suffisamment proche de la réalité pour aider ses robots à comprendre le monde réel. En témoigne le résultat d'un test de précision interne: le logiciel a obtenu un score de 0,98 sur 1 quand il était entraîné avec des photographies du quartier, contre 0,94 avec des images virtuelles.

Cette technologie de mapping n'est pas simplement un outil expérimental: elle pourrait aider le géant du web à déployer ses robots dans d'autres endroits en les testant au préalable dans leurs reproductions virtuelles.

En ce moment

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Et Cætera

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Avant de fusionner avec les machines il importe de bien (re)définir ce qui relève de l'être humain.

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Et Cætera

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Cantonné à eBay jusqu'à son interdiction, l'achat-vente de squelettes décorés se réfugie dans le flou juridique du réseau social.

La big data en santé, une mine d'or de 12 milliards d'euros pour la Grande-Bretagne

Biz

La big data en santé, une mine d'or de 12 milliards d'euros pour la Grande-Bretagne

La NHS est assise sur un trésor convoité par l'industrie pharmaceutique.