Le 6 remplacera le 5 plus vite qu'on ne le croit. | Brooks Kraft / Apple Inc. / AFP
Le 6 remplacera le 5 plus vite qu'on ne le croit. | Brooks Kraft / Apple Inc. / AFP

Apple a déjà la tête dans la 6G

Après le succès de ses processeurs M1, l'entreprise souhaite continuer à penser et produire ses composants en interne.

Apple ne veut pas manquer le coche de la prochaine technologie d'internet sans fil. Alors que les premiers iPhone 5G sont sortis en 2020 et que la norme commence tout juste à être déployée, la firme de Cupertino poste déjà des offres d'emploi concernant la 6G.

Dans une annonce repérée par Bloomberg, Apple propose «l'unique opportunité de concevoir la prochaine génération de technologie sans fil, qui aura une influence profonde sur les futurs produits Apple». «Dans ce rôle, vous serez au centre d'un groupe de recherche de pointe», est-il ajouté.

Ce n'est rien de dire qu'Apple s'y prend tôt: la 6G ne devrait être déployée qu'en 2030. Avec cette décennie d'avance, Apple souhaite cette fois s'impliquer à un stade très précoce du développement de la technologie, qui pourrait être près de 100 fois plus rapide que la 5G.

Cette initiative est une nouvelle application de la «doctrine Tim Cook», stratégie globale d'intégration verticale d'Apple, qui souhaite développer et produire un maximum de technologies et composants en interne.

Il y a quelques mois, le patron de l'entreprise a ainsi dévoilé le processeur M1, made in Apple, qui lui permettra à terme de se débarrasser des puces Intel, son fournisseur historique. Pari risqué, ce processeur s'est avéré être un triomphe, laissant tout la concurrence dans le rétroviseur.

Guerre d'indépendance

Apple veut donc naturellement poursuivre dans cette voie, en commençant par faire subir à Qualcomm le même sort que celui qu'elle a réservé à Intel. Qualcomm fournit aujourd'hui toutes les puces modems des appareils Apple, soit les pièces qui leur permettent de se connecter à un réseau sans fil.

Mais la relation entre les deux firmes n'est pas des plus apaisées. Apple accusant Qualcomm d'utiliser une position monopolistique pour pratiquer des tarifs excessifs, les deux géants se sont déchirés devant les tribunaux en 2019, avant de parvenir à un accord surprise prévoyant qu'Apple utilisera bien les modems Qualcomm dans ses iPhone 5G.

Afin d'éviter ces désagréments à l'avenir, Apple travaille donc depuis l'acquisition en 2019 de la division modem d'Intel sur ses propres puces. «Les investissements stratégiques de long terme comme ceux-là jouent un rôle essentiel pour développer nos produits et nous assurer d'avoir d'une riche réserve de technologies innovantes dans le futur», affirme Johny Srouji, responsable du hardware de la firme.

Bloomberg note toutefois que la 5G est encore jeune et la 6G, un horizon lointain: les premiers modems Apple devraient donc bien être des modems 5G.

Lorsque la 6G commencera à prendre le relais, Apple pourra profiter d'une technologie faite maison –ou du moins sur les standards de laquelle elle aura son mot à dire– qui transitera par des composants faits maison également. Un rêve d'intégration, et la garantie de profits plus massifs encore.

En ce moment

Les voitures autonomes ne sont pas plus évoluées qu'un enfant de 7 ans

Tech

Les voitures autonomes ne sont pas plus évoluées qu'un enfant de 7 ans

L'intelligence artificielle fait fi du concept de «permanence des objets».

L'ordinateur quantique est-il voué à l'échec?

Tech

L'ordinateur quantique est-il voué à l'échec?

Beaucoup trop de bruit pour pas grand-chose.

Dans les bagages des touristes de SpaceX, des menottes et des sédatifs

Tech

Dans les bagages des touristes de SpaceX, des menottes et des sédatifs

On n'est jamais trop prudent.