Pour protéger plus efficacement vos données, vous pourrez vous connecter grâce à votre compte Apple. | stevepb / Pixabay

Pour protéger plus efficacement vos données, vous pourrez vous connecter grâce à votre compte Apple. | stevepb / Pixabay

En protégeant vos données personnelles, Apple referme la boîte de Pandore qu'elle avait ouverte

Pour se refaire une vertu?

«What happens on your iPhone stay on your iPhone.» C'est la nouvelle devise d'Apple, son nouvel objectif avoué: la protection de vos données personnelles.

Alors que ces principaux concurrents essuient de vives critiques pour l'utilisation des données personnelles qu'ils récoltent, le géant de l'informatique vient d'annoncer le lancement de «Sign it with Apple».

Ainsi, plutôt que d'utiliser vos identifiants Facebook ou Google pour avoir accès à une application ou à un site, cette nouvelle fonction vous permettra d'utiliser votre compte Apple –à condition que vous en ayez un.

Concrètement, qu'est-ce que ça change? Apple le crie à qui veut l'entendre: elle ne se sert pas de vos données personnelles, contrairement à Facebook ou Google notamment, pour qui elles constituent le cœur d'un juteux business.

Cela fait-il réellement de la firme basée à Cupertino le nouveau cheval blanc de notre vie privée? Si tel est le cas, c'est une nouveauté –et la fermeture d'une boîte de Pandore qu'elle a fortement contribué à ouvrir.

L'App Store, centralisateur de données

L'entreprise et son App Store ont été au centre de la libre circulation de nos données personnelles. Créé en 2008, l'App Store a permis aux personnes détentrices d'iPhones, d'iPads ou d'iPods de télécharger toutes les applications imaginables –«There's an app for that» («Il existe une app pour ça»), vante d'ailleurs le slogan de la plateforme.

Si Apple reste probablement l'entreprise qui monétise le moins vos données personnelles, la création de l'App Store aura permis aux millions d'applications qu'il diffusait d'utiliser et de revendre ces données.

Certaines d'entre elles vous demandent presque systématiquement votre position, d'autres réclament l'accès à votre caméra, une autre catégorie encore nécessite l'usage et l'incorporation de vos contacts: Apple et son Store ont créé un gigantesque écosystème dévoué à la collection, à l'analyse et à la vente de données personnelles.

Le vent dans le dos

«Aujourd'hui, tout le monde s'inquiète pour la protection de ses données personnelles, nous a répondu Marc Rees, rédacteur en chef de Next Impact. La politique de protection des données est devenu un instrument de marketing pour tous les agents du numérique.»

Apple, avec l'annonce de ce «connectez-vous avec Apple», met ses concurrents devant le fait accompli. Pris dans des tourmentes quasi-quotidiennes, Mark Zuckerberg, qui jurait pourtant en 2010 que la vie privée n'était plus une norme sociale, semble avoir effectué un virage à 180 degrés et promet un changement majeur pour sa plateforme dans les prochains mois.

La protection des données est devenue un argument de vente. Apple nous vendra-t-il davantage d'iPhones avec ces nouvelles annonces? Pour Marc Rees, «il faut maintenant juger les actes, voir comment ces géants nous vendent cette protection».

En ce moment

La plus grosse arnaque de la Silicon Valley, la gentrification vue de Google Maps, le hacking des DAB, une semaine sur korii.

Et Cætera

La plus grosse arnaque de la Silicon Valley, la gentrification vue de Google Maps, le hacking des DAB, une semaine sur korii.

Retour sur une riche semaine.

Des trottinettes télécommandées, Alicem en question, l'espionnage low cost, à lire sur korii.

Et Cætera

Des trottinettes télécommandées, Alicem en question, l'espionnage low cost, à lire sur korii.

Le récap' du jour.

Les personnes en surpoids plus susceptibles d'être censurées par Instagram

Et Cætera

Les personnes en surpoids plus susceptibles d'être censurées par Instagram

L'algorithme de la plateforme signalerait davantage leurs photos dénudées que celles des personnes minces.