L'habitacle d'une BMW présentée au 2019 New York Times Dealbook, le 6 novembre 2019. | Michael Cohen / AFP

L'habitacle d'une BMW présentée au 2019 New York Times Dealbook, le 6 novembre 2019. | Michael Cohen / AFP

BMW va proposer des options sur abonnement

Après Tesla, les constructeurs veulent faire de leurs véhicules connectés le socle de nouveaux business models.

Les voitures d'aujourd'hui sont bardées d'électronique. Lorsqu'elles sont connectées à internet, elles peuvent donc, comme n'importe quel jeu vidéo, ordinateur ou téléphone, être modifiées à distance.

Le constructeur automobile allemand BMW a annoncé que tous ses nouveaux véhicules équipés de l'«Operating System 7», à commencer par la nouvelle BMW Série 5, disposeront de «personnalisation numérique avec fonctions à la demande». En clair: plutôt que payer pour une option, il faudra s'y abonner.

Vous pourrez ainsi, plusieurs mois après avoir acquis votre voiture, décider de vous abonner à la possibilité d'activer vos sièges chauffants. Mais aussi arrêter de les payer une fois que vous n'en avez plus besoin.

Tesla est la pionnière de cette pratique. En 2012, la Tesla Model S recevait une mise à jour vers la version 1.9.11, pour laquelle le véhicule devait rester garé deux heures. Une première.

Mais jusqu'ici, la firme d'Elon Musk était considérée comme un électron libre dans l'industrie, dont le comportement était plus proche de celui d'une entreprise tech que d'un constructeur automobile traditionnel. En contraste, BMW est un membre historique de l'industrie.

Car as a service

Vendre des produits «as a service» est une méthode populaire chez les éditeurs de jeux vidéo ou de smartphones, dont les produits ne sont pas profitables qu'au moment de la vente, mais tout au long de leur durée de vie. Fortnite n'est ainsi qu'un socle, gratuit, sur lequel vient se poser un très lucratif business model.

Seulement, les consommateurs et consommatrices payent habituellement pour une fonctionnalité qui est ajoutée après la sortie du produit. BMW projette de faire payer pour des options qui sont, de fait, déjà disponibles dans le véhicule, comme des sièges chauffants ou des phares automatiques.

L'intérêt pour BMW est que la catégorie de véhicules qu'elle vend, des berlines de luxe, n'est la plupart du temps achetée que pour quelques années, voire quelques mois. À la revente, les propriétaires suivant·es pourront ainsi s'abonner à des options différentes –ces nouveaux profits allant dans les poches du constructeur.

Cette pratique lucrative pourrait faire des émules. Le prochain pick-up Ford aura lui aussi des mises à jour, et General Motors veut ajouter dans ses véhicules un système permettant de faire du shopping depuis l'écran tactile du conducteur.

En ce moment

Les bateaux fous de Coca-Cola, l'entourloupe de la «shrinkflation», des emojis très trompeurs: l'hebdo de korii.

Et Cætera

Les bateaux fous de Coca-Cola, l'entourloupe de la «shrinkflation», des emojis très trompeurs: l'hebdo de korii.

Dix (courts) articles pour briller en société, et voir le monde autrement.

Londres, capitale mondiale de l'arnaque bancaire

Biz

Londres, capitale mondiale de l'arnaque bancaire

Le Royaume-Uni constitue un laboratoire de choix pour les attaques les plus sophistiquées.

Le Pentagone veut prédire les événements avant qu'ils ne se produisent

Tech

Le Pentagone veut prédire les événements avant qu'ils ne se produisent

«Minority Report», c'est maintenant.