Les hybrides rechargeables neuves émettent en moyenne 117 grammes de CO2 par kilomètre: c'est 2,5 fois plus que promis. | Daniele Buso via Unsplash
Les hybrides rechargeables neuves émettent en moyenne 117 grammes de CO2 par kilomètre: c'est 2,5 fois plus que promis. | Daniele Buso via Unsplash

La fausse promesse des hybrides rechargeables

En conditions réelles, elles émettent beaucoup plus de dioxyde de carbone qu'annoncé.

L'hybride rechargeable a le vent en poupe: 20.308 véhicules de ce type ont été vendus au premier semestre 2020, contre seulement 18.579 pour l'ensemble de l'année 2019. Ces chiffres devraient encore grimper en fin d'année, grâce au nouveau bonus de 2.000 euros instauré le 1er juin pour les voitures hybrides rechargeables à moins de 50.000 euros.

Le problème est que ces voitures, marketées comme des parangons d'écologie, sont loin d'être aussi vertueuses que prévu, selon une étude de l'association britannique Transport & Environment (T&E).

En conditions réelles, les hybrides rechargeables neuves émettent ainsi en moyenne 117 grammes de CO2 par kilomètre, soit 2,5 fois plus qu'annoncé sur le papier, et à peine mieux qu'une hybride classique (135 grammes de CO2/km). Par comparaison, les voitures diesel et essence émettent respectivement 164 et 167 grammes de CO2/km.

Au total, durant tout son cycle de vie, une hybride rechargeable émet ainsi sept fois plus de CO2 qu'une voiture électrique classique. «Il est clair que l'hybride rechargeable se rapproche bien plus d'une voiture conventionnelle que d'une voiture électrique», critique l'association T&E. Selon elle, le problème vient à la fois du constructeur et du consommateur et consommatrice.

Ainsi, lorsque la voiture est censée rouler en mode 100% électrique, le moteur à combustion se met parfois intempestivement en route pour diverses raisons –lorsque l'on dépasse une certaine vitesse ou que l'on met le chauffage ou la climatisation.

Le loup dans la bergerie

En conséquence, le fameux mode éco émet finalement entre 123 et 234 grammes de dioxyde de carbone par kilomètre –bien loin du zéro émission fantasmé. «Il apparaît donc presque impossible de rouler en mode tout électrique même pour de courtes distances», dénonce T&E. L'autre problème vient de l'usager·e, qui utilise sa voiture hybride rechargeable comme une voiture classique en «oubliant» de la recharger.

«Les hybrides rechargeables, c'est le loup de l'industrie automobile habillé en mouton», s'indigne Rebecca Newsom de Greenpeace UK, qui a participé à l'étude. «[Les constructeurs] donnent l'illusion de vendre des véhicules beaucoup plus respectueux de l'environnement, mais c'est un stratagème pour continuer à produire des SUV et des moteurs à essence et diesel.»

Du côté des constructeurs, on rejette bien entendu ces allégations. Le directeur de la Society of Motor Manufacturers and Traders, Mike Hawes, qualifie le rapport de T&E de «biaisé», ajoutant qu'il se base sur des chiffres provenant d'un régime de tests qui n'est plus utilisé. «Même en prenant leurs chiffres, on note une réduction des émissions de 30% par rapport au diesel ou à l'essence», insiste-t-il.

Au Royaume-Uni, il est prévu d'interdire tous les véhicules hybrides, diesel et essence d'ici 2035, mais les hybrides rechargeables pourraient échapper à ce bannissement. Une hérésie selon T&E, qui milite pour les inclure dans la liste du fait de leur verdeur très relative.

En ce moment

La vraie-fausse bourde d'Elon Musk, un oubli à 215 millions, les 871 défauts du F-35, l'hebdo de korii.

Et Cætera

La vraie-fausse bourde d'Elon Musk, un oubli à 215 millions, les 871 défauts du F-35, l'hebdo de korii.

Dix articles pour faire de votre couvre-feu la plus passionnante des aventures.

Les réseaux humains sont-ils naturellement synchronisés?

Et Cætera

Les réseaux humains sont-ils naturellement synchronisés?

Des harmonies qui trouvent des applications en musique, dans les embouteillages, le trading ou les épidémies.

Pourquoi il ne faut pas conduire en jouant à «Pokémon Go»

Et Cætera

Pourquoi il ne faut pas conduire en jouant à «Pokémon Go»

Selon une étude, le jeu de Niantic est responsable de nombreux accidents de la route.