Une autonomie infinie mais n'oubliez pas de faire des pauses. | Stellantis
Une autonomie infinie mais n'oubliez pas de faire des pauses. | Stellantis

Ce prototype de Fiat 500 peut rouler à l'infini sans recharger sa batterie

Finie l'angoisse de l'autonomie.

Il y a deux ans, nous nous faisions écho des exploits de la start-up israélienne Electreon, spécialisée dans ce qu'elle nomme les Wireless Electric Roads –des tronçons de routes capables de recharger en continu des véhicules électriques.

Si la jeune pousse n'est que l'une de toutes celles, nombreuses dans le monde, planchant sur l'électrification des routes sous une forme ou sous une autre, le géant automobile Stellantis, qui regroupe depuis 2021 PSA Peugeot Citroën (Citroën, DS Automobiles, Opel, Peugeot, etc.) et Fiat Chrysler Automobiles (Fiat, Alfa Romeo, Chrysler, Dodge, Fiat Automobiles, Jeep, Lancia, etc.) a lui aussi décidé de se pencher sur la question.

Avec un prototype de Fiat 500 électrique adapté pour l'occasion, le constructeur travaille ainsi dans son «Arena del Futuro» des environs de Chiari, en Italie, sur ce qu'il nomme DWPT pour Dynamic Wireless Power Transfer.

Soit, traduit par la firme elle-même dans son communiqué, un «transfert d'énergie sans fil par induction» permettant en théorie à une automobile électrique de rouler en consommant son électricité à la volée, donc sans besoin de recharger sa batterie.

Comme l'explique The Drive, le principe de recharge par induction, proche de ce que vous pouvez connaître sur vos smartphones et leurs chargeurs ad hoc, n'est pas neuf.

Ce qui l'est en revanche dans la solution proposée par Stellantis, c'est que l'électricité envoyée au véhicule ne l'est pas vers sa batterie mais directement vers son moteur: c'est à peu de chose près ce qui se passe sur le circuit de voiturettes électriques des rêves de votre enfance, mais à l'échelle 1:1 et avec des humains au volant.

Vers l'infini et au-delà, et sans batterie

«Cette technologie est adaptable à tous les véhicules équipés d'un “récepteur” spécial qui transfère l'énergie provenant de l'infrastructure routière directement au moteur électrique, prolongeant l'autonomie tout en conservant la charge de la batterie du véhicule», est-il précisé dans le communiqué qui, outre les petites autos, parle aussi de bus ou de camions.

Bref, un certain rêve de futur connecté et d'autonomies infinies. Un rêve néanmoins encore un peu flou. Car Stellantis n'offre, pour l'instant, que très peu de détails techniques sur ce système de DWPT, dont on imagine qu'il n'est pas encore tout à fait prêt à être adapté aux routes du monde entier.

À quelle vitesse roule la Fiat 500 testée par Stellantis dans son arène du futur? Quelle est la puissance réelle du transfert électrique entre les bobines placées sous l'asphalte de la route et les récepteurs placés dans le véhicule?

Le constructeur annonce avoir réussi à atteindre un transfert équivalent à celui d'un chargeur rapide en courant continu. Comme le note néanmoins The Drive, cela peut signifier n'importe quel chiffre compris entre 50 et 350 kilowatts.

Techniquement, l'utilisation d'un courant continu pour le DWPT permet à Stellantis de simplifier une partie des systèmes nécessaires, d'utiliser des câbles plus fins et de gagner en poids, ainsi que de choisir un matériau comme l'aluminium plutôt que le cuivre, plus coûteux et plus difficile à recycler.

Si seule la petite Fiat 500 adaptée a pour l'instant été testée dans l'Arena del Futuro, une Maserati Grecale Folgore devrait bientôt la rejoindre pour continuer à amasser des données sur ce système naissant.

Nous sommes donc encore bien loin des travaux colossaux que nécessiterait l'adaptation de nos routes et infrastructures à une telle innovation, mais toutes les pistes méritent d'être suivies. Celle-ci pourrait s'avérer plus qu'utile dans certains cas, sur certaines portions d'autoroutes ou pour des transports en commun notamment.

En ce moment

En Ukraine, le rôle vital de la CIA et des forces spéciales internationales

Tech

En Ukraine, le rôle vital de la CIA et des forces spéciales internationales

Dans le pays ou chez ses voisins, un réseau s'active pour aider Kiev à résister à la Russie.

La crise russe du code informatique: un grand bond en arrière

Tech

La crise russe du code informatique: un grand bond en arrière

Pour les logiciels de ses machines aussi, la Russie dépend totalement de l'Occident.

✈️ Des sièges à deux étages dans les avions 🌾 Le vol du blé ukrainien ⚛️ La fusion dans votre garage, hier sur korii.

Et Cætera

✈️ Des sièges à deux étages dans les avions 🌾 Le vol du blé ukrainien ⚛️ La fusion dans votre garage, hier sur korii.

Quatre articles pour comprendre le monde autrement.