Ça ne change rien, mais ça change pas mal de choses. | Craventure Media via Unsplash
Ça ne change rien, mais ça change pas mal de choses. | Craventure Media via Unsplash

Face à la pénurie, Tesla a secrètement retiré un composant de son système de direction

Des milliers de véhicules modifiés sont déjà sur les routes.

Sans en référer à sa clientèle et afin de ne pas succomber à la pénurie mondiale de composants électroniques qui paralyse une partie de sa concurrence, Tesla a décidé de retirer l'un des deux boîtiers électroniques de contrôle des crémaillères de direction de ses Model 3 et Model Y produites à Shanghai, nous apprend CNBC.

Le manque de puces est global, et désastreux pour le secteur automobile. Selon le cabinet AlixPartners, ce sont 7,7 millions de véhicules qui n'ont pu être produits en 2021 du fait de la pénurie, dont 500.000 pour la seule Renault.

Sous pression pour atteindre –en l'occurrence battre– ses ambitieux objectifs de production et de livraison, Tesla n'a pas fait exception à la règle.

Comme d'autres, Porsche décidant par exemple de placer des puces factices dans ses véhicules en attendant mieux, la firme d'Elon Musk a décidé d'opérer quelques discrètes sinon secrètes modifications sur certains de ses véhicules produits en Chine et vendu sur le marché asiatique ou européen.

Selon CNBC, ces petits arrangements avec le système électronique de direction pourrait empêcher l'évolution des véhicules touchés vers une conduite autonome de niveau 3 par une simple mise à jour logicielle. Et ce contrairement à ce qu'avançait fièrement Elon Musk lors de la dernière annonce des résultats de la firme.

«Mon opinion personnelle est que nous réussirons cette année à atteindre le Full Self-Driving à un niveau de sécurité significativement supérieur à celui d'une personne. Les voitures de la flotte devenant autonomes via une mise à jour logicielle, je pense que nous pourrions donc finir par assister à la plus grosse hausse de valeur d'un avoir de toute l'histoire des avoirs.»

Omission impossible

L'omission décidée par Tesla ne pose pas de question de sécurité pour les véhicules ayant été modifiés. Destiné à transmettre à la route les mouvements impulsés par la direction assistée, le boîtier mis de côté par Tesla était une redondance technique, un doublon dont on peut se passer sans conséquence immédiate, du moins pour les fonctions basiques.

Il pourrait en revanche y avoir de futures conséquences techniques et financières pour les possesseurs des véhicules concernés. Selon certains des salariés de l'entreprise, les boîtiers retirés sont ainsi impératifs au passage à une conduite autonome de niveau 3.

Si le niveau 2 de l'autonomie, tout comme le plus simple Autopilot de Tesla, leur est toujours accessible, les voitures concernées devront repasser par l'usine s'ils souhaitent être mis à niveau vers la marche suivante, promise avec force tambour et trompette par Elon Musk.

Facturée 12.000 dollars par l'entreprise, l'option «Full Self-Driving» permettra sans doute un gain de valeur important sur le marché désormais très prisé de l'occasion. De surcroît, avec le concept potentiellement très lucratif de «robotoxi» à l'horizon, acheter une Tesla peut être considéré comme un véritable investissement, pour les particuliers mais aussi pour les entreprises.

Cette modification révélée par CNBC, qui précise qu'un débat a eu lieu en interne quant à la nécessité ou non de prévenir les acheteurs, en change quelque peu la nature ou les objectifs.

En ce moment

🌀 Un vol effrayant au cœur de l'ouragan 🔫 Un lance-grenades automatique en Palestine 🧮 Les «posits» qui bouleversent les maths, hier sur korii.

Et Cætera

🌀 Un vol effrayant au cœur de l'ouragan 🔫 Un lance-grenades automatique en Palestine 🧮 Les «posits» qui bouleversent les maths, hier sur korii.

Quatre articles pour voir le monde d'un autre œil.

Les «posits», une nouvelle forme de nombres qui révolutionne l'IA

Tech

Les «posits», une nouvelle forme de nombres qui révolutionne l'IA

Une précision 10.000 fois supérieure à la normale.

La première tourelle israélienne contrôlée par une IA vient d'être installée en Palestine

Tech

La première tourelle israélienne contrôlée par une IA vient d'être installée en Palestine

Selon l'armée, elle ne tire pas (encore) de balles réelles.