Des centaines d'incidents ont été rapportés. | Leio McLaren via Unsplash
Des centaines d'incidents ont été rapportés. | Leio McLaren via Unsplash

L'armée américaine met en péril des centaines d'avions commerciaux en brouillant leurs signaux GPS

Dangers dans les cieux.

La lecture de l'article d'IEEE Spectrum fait froid dans le dos. Le site américain révèle, chiffres et exemples à l'appui, que l'amée américaine met très régulièrement en péril des centaines de vies à bord de vols commerciaux en testant des brouilleurs de signaux GPS.

Elle effectue ces essais pour elle-même trouver une parade technologique aux équipements capables de brouiller ou stopper de tels signaux, un enjeu stratégique majeur pour les armées du monde entier.

Mais ce faisant, ce sont des dizaines de vols commerciaux, parfois de gros porteurs, qui se retrouvent soudainement dans le noir, devant faire appel en urgence aux compétences des pilotes ou à l'aide des contrôleurs au sol pour éviter un désastre.

IEEE Spectrum note que de tels incidents sont répertoriés dans l'Aviation Safety Reporting System, une base de données de la NASA. Elle compte quatre-vingt-dix rapports de perte ou de brouillage de signal GPS sur les huit dernières années, un chiffre déjà colossal.

Des centaines d'incidents

Mais le site a surtout eu accès à certaines données de la FAA, agence de régulation aérienne des États-Unis. Elles sont bien plus inquiétantes encore: sur quelques mois entre 2017 et 2018, des centaines d'incidents de ce type auraient été rapportés, généralement à proximité immédiate d'installations militaires.

Plusieurs exemples sont donnés. Celui d'un aéronef naviguant tant bien que mal dans des conditions météorologiques défavorables dans l'Idaho, ayant vu son signal GPS brouillé et ayant évité une collision avec une montagne grâce à l'intervention en dernière minute d'un contrôleur aérien attentif.

Ou celui du pilote d'un Airbus avouant avoir quelque peu perdu ses moyens lors de la coupure de son signal GPS à l'approche de l'aéroport de Salt Lake City. Car s'ils sont supposés capables de naviguer à vue, les pilotes sont, à l'usage, devenus très dépendants des signaux GPS, en particulier dans les conditions difficiles que les impératifs commerciaux les obligent à affronter parfois.

Leur coupure soudaine est un problème évident, mais leur brouillage est un danger plus pernicieux encore. «Des vies peuvent être perdues parce qu'un équipage pense que ses systèmes fonctionnent normalement, alors qu'ils sont en train de les précipiter contre le flanc d'une montagne», écrit ainsi le contrôleur ayant sauvé l'avion dans l'Idaho dans son rapport publié sur l'Aviation Safety Reporting System.

En ce moment

Les voitures autonomes ne sont pas plus évoluées qu'un enfant de 7 ans

Tech

Les voitures autonomes ne sont pas plus évoluées qu'un enfant de 7 ans

L'intelligence artificielle fait fi du concept de «permanence des objets».

L'ordinateur quantique est-il voué à l'échec?

Tech

L'ordinateur quantique est-il voué à l'échec?

Beaucoup trop de bruit pour pas grand-chose.

Dans les bagages des touristes de SpaceX, des menottes et des sédatifs

Tech

Dans les bagages des touristes de SpaceX, des menottes et des sédatifs

On n'est jamais trop prudent.