Les vacances, c'est aussi parfois la lose. | Stefani Reynolds / AFP
Les vacances, c'est aussi parfois la lose. | Stefani Reynolds / AFP

En plein chaos, les passagers placent des trackers dans leurs bagages pour ne pas les perdre

L'hallali pour les vacances.

Retards records, annulations de vols par milliers, chaos pré-apocalyptique dans les aéroports, au point qu'Heathrow, à Londres, a demandé aux compagnies de se restreindre... Si vous avez tenté de voyager par les airs ces dernières semaines, nous n'avez sans doute pas manqué de remarquer que la nette reprise du trafic aérien (les anglo-saxons parlent de «revenue travel») s'accompagne de forts désagréments pour les passagers.

Et s'ils ou elles ont le bonheur d'arriver à bon port le jour prévu, c'est de moins en moins souvent le cas de leurs bagages: rarement le problème des valises perdues, ne prenant pas le bon vol ou arrivant en Australie quand elles sont attendues en Alaska, n'aura été aussi prononcé qu'en ce moment, alors que les aéroports luttent pour trouver du personnel.

Cette «crise du bagage» est d'une telle ampleur à Heathrow, en particulier, que Delta a récemment envoyé un Airbus SE A330-200 des États-Unis à à Londres pour tenter de rapatrier 1.000 de ces bagages perdus. Quant à Icelandair, elle fait faire des aller-retours à ses propres bagagistes à Schiphol, l'immense hub aéroportuaire d'Amsterdam, ou à Heathrow au Royaume-Uni pour sauver ce qui peut l'être.

Prévenus que leurs vacances risquaient fort d'être gâchées par ces slips (ou robes de mariée) introuvables, certains passagers ont pris les devants en collant des trackers, à l'image des AirTags d'Apple ou de ceux de Tile, dans les bagages qu'ils enregistraient en soute.

À la trace

Comme le relate Bloomberg, les surprises ont été nombreuses. Le média américain raconte ainsi la petite histoire de Cory Prenatt, un Floridien qui avait prévu de célébrer sa retraite par une tournée des grands cours de golf britanniques.

Par la faute de la désorganisation de la compagnie choisie mais grâce aux AirTags qu'il avait installés dans ses caddies, il les a d'abord vus bloqués deux jours à Newark, avant qu'ils ne soient envoyés vers un espace de stockage à Édimbourg, en Écosse.

Le temps qu'il saute dans sa voiture pour aller les récupérer et les clubs repartaient déjà vers Aberdeen. Parti à leur poursuite, il a fini par les voir achever leur course folle dans les West Midlands anglais.

Vendus peu chers, pouvant par ailleurs poser de très sérieux problèmes de sécurité et de vie privée, en particulier pour les femmes, ces trackers utilisent la proximité d'autres appareils Bluetooth pour se situer dans l'espace, et sont autorisés dans les aéronefs.

Les AirTags comme leurs concurrents semblent donc parfaits pour garder un œil sur la destinée de ces précieux bagages que l'on abandonne pour les mettre en soute, permettant à certains passagers de faire mieux et plus rapide que les compagnies choisies pour retrouver la trace de leurs valises.

Pour éviter toute mauvaise surprise, ou des dizaines d'appels infructueux à des services bagages noyés sous la charge, pensez-y avant vos éventuels prochains voyages. Et n'oubliez pas de prendre avec vous, en cabine, tout ce qui peut être précieux ou indispensable.

En ce moment

Plus de 50 jours en vol: le Zephyr, drone de tous les records, est toujours en l'air

Tech

Plus de 50 jours en vol: le Zephyr, drone de tous les records, est toujours en l'air

Conçu par Airbus, le drôle d'animal ne veut plus descendre.

La Corée du Nord offre 100.000 soldats à la Russie pour l'aider en Ukraine

Et Cætera

La Corée du Nord offre 100.000 soldats à la Russie pour l'aider en Ukraine

Une alliance des forces sombres.

Dix anecdotes folles que vous ignoriez sur le mythique SR-71 «Blackbird»

Tech

Dix anecdotes folles que vous ignoriez sur le mythique SR-71 «Blackbird»

L'avion de toutes les extravagances.