Heureusement, la Terre est une sphère. | John McArthur via Unsplash
Heureusement, la Terre est une sphère. | John McArthur via Unsplash

Le «détour sibérien», ou la guerre froide des couloirs aériens

Pour l'aviation, le monde n'est plus tout à fait rond.

C'est l'une des conséquences de la guerre en Ukraine: de nombreuses compagnies aériennes sont contraintes de dévier leurs plans de vol pour ne pas entrer dans l'espace aérien russe.

Après les sanctions prises par l'Union européenne interdisant à la Russie de survoler son territoire, Moscou a demandé la réciproque pour les avions européens. Le message est clair: aucun avion des compagnies de l'UE, du Canada ou des États-Unis n'est le bienvenu.

En réaction, depuis le 24 février, date de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, au moins vingt-et-une compagnies aériennes ont détourné leurs vols, selon le site de suivi aérien FlightRadar24. Les rares compagnies qui s'aventurent encore sur le territoire russe sont généralement chinoises.

Capture d'écran Flight Radar

Pour éviter la Russie et tracer de nouveaux couloirs aériens, les compagnies étudient les vents dominants pour déterminer s'ils doivent contourner le pays par le nord ou le sud. Ce «détour sibérien» oblige les compagnies à réemprunter des routes utilisées à l'époque de la guerre froide.

Des trajets à rallonge

Les itinéraires les plus dingues? Le JL43 de Japan Airlines, qui relie Tokyo à Londres, passe généralement par le nord de la Russie, puis par la Scandinavie avant d'atterrir dans la capitale du Royaume-Uni.

Aujourd'hui, il part désormais dans l'autre sens, traversant l'océan Pacifique et l'Alaska. Son temps de vol moyen est passé de douze heures à plus de quinze heures en quelques semaines.

Le Sydney-Darwin-Londres de Qantas Airways, l'un des vols les plus longs au monde, survole maintenant le Moyen-Orient et le sud de l'Europe au lieu de traverser la Chine et la Russie, ajoutant une heure à un vol déjà long de dix-sept heures.

La Russie a également dû changer ses plans pour contourner l'Europe centrale: la compagnie low-cost russe Nordwind Airlines a survolé uniquement des étendues d'eau pour rejoindre Moscou depuis Cuba, passant par l'océan Atlantique et la mer de Norvège.

Capture d'écran Flight Radar

Les conséquences économiques de ses détournements sont terribles: surconsommation de carburéacteur, temps de service prolongé des salariés, besoin d'avantages d'équipage, vols plus longs… C'est tout le secteur de l'aviation qui doit s'adapter.

Conséquences économiques auxquelles s'ajoutent les conséquences écologiques: qui dit vol plus long, dit plus de pollution. Cette consommation accrue de carburant, si elle persiste, pourrait compliquer l'objectif des compagnies aériennes d'atteindre zéro émission nette de carbone d'ici 2050. Un engagement ambitieux pris par l'Association du transport aérien international en octobre dernier.

En ce moment

🪖 Nouveaux mobilisés, futurs morts 🥉 La grande crise du cuivre 🦜 La guerre contre les cacatoès, une journée contre korii.

Et Cætera

🪖 Nouveaux mobilisés, futurs morts 🥉 La grande crise du cuivre 🦜 La guerre contre les cacatoès, une journée contre korii.

Quatre articles pour jeter un autre regard sur le monde.

En Australie, une «course aux armements» a commencé entre les cacatoès et les humains

Et Cætera

En Australie, une «course aux armements» a commencé entre les cacatoès et les humains

La guerre est déclarée, et aucun n'est prêt à se rendre.

Le monde doit se préparer à une grave et longue pénurie de cuivre

Biz

Le monde doit se préparer à une grave et longue pénurie de cuivre

Il est pourtant indispensable, notamment à nos horizons plus verts.