Un avion américano-chinois qui s'ignore. | U.S. Pacific Fleet via flickr
Un avion américano-chinois qui s'ignore. | U.S. Pacific Fleet via flickr

Oups: tous les F-35 américains contiennent un alliage chinois interdit

Les livraisons sont pour l'instant suspendues.

Dans un contexte de conflit larvé entre les États-Unis et la Chine, et alors que la première tente à tout prix de barrer la route aux industries de hautes technologies de la seconde, c'est une bien embêtante révélation qu'a fait Bloomberg ces derniers jours.

Selon le média américain, l'intégralité des 825 F-35 Lightning II jusqu'ici livrés par Lockheed Martin contiennent un alliage de métaux rares concocté en Chine, et supposément banni par les règles imposées par le Pentagone.

Le consortium responsable du programme a donc dû mettre la livraison de nouveaux appareils en pause, en attendant que les hautes instances américaines de la défense n'émettent en urgence une autorisation spéciale pour l'utilisation de ce matériau interdit, composé de cobalt et de samarium, et présent dans une pompe produite par Honeywell.

Un porte-parole du programme a expliqué que l'alliage aimanté en question ne posait aucun risque de sécurité pour l'appareil et, c'est toujours bon de le préciser même dans le cas d'un matériau inerte, ne pouvait transmettre aucune donnée sensible à la Chine.

La Chine à la chaîne

Le problème n'est donc pas réellement technique –et ne nécessitera pas la réadaptation des aéronefs déjà construits– mais industriel. Ainsi que l'explique The War Zone, l'incident met ainsi en lumière les difficultés qu'ont les grands fabricants d'armes, aux États-Unis mais pas uniquement, pour dessiner une ligne d'approvisionnement claire et sûre.

«Le patron d'une entreprise m'expliquait il y a quelques semaines qu'il pensait avoir 300 fournisseurs», explique ainsi William LaPlante, en charge des acquisitions et fournitures pour le Departement of Defense. «En réalité, il a découvert en les comptant tous qu'il en avait plutôt quelque chose comme 3.000. Et ils peuvent changer d'un jour sur l'autre.»

Ces sous-traitances en cascade sont si nombreuses qu'il devient difficile, sinon impossible, de suivre en temps réel l'organisation des lignes d'approvisionnement, ce qui dans le cas de l'industrie de l'armement peut poser de sérieux problèmes aux défenses nationales.

L'exemple de la Russie, dont le complexe militaro-industriel est fortement handicapé par les sanctions internationales depuis l'invasion de l'Ukraine, parle de lui-même: les grandes nations ont tout intérêt à contrôler au maximum l'ensemble des chaînes d'approvisionnement.

En ce moment

🌞 Le soleil qui tourne à l'envers ✈️ Le MiG-29, héros d'Ukraine 🔪 Les criminels de Wagner dans la nature: l'hebdo de korii.

Et Cætera

🌞 Le soleil qui tourne à l'envers ✈️ Le MiG-29, héros d'Ukraine 🔪 Les criminels de Wagner dans la nature: l'hebdo de korii.

Dix (courts) articles pour bannir l'ennui de votre dimanche et prendre de l'avance sur le monde.

☢️ Des mini-centrales peu efficaces 🕘 Une aide à l'Ukraine trop tardive 🚗 L'Autopilot Tesla aux fraises, hier sur korii.

Et Cætera

☢️ Des mini-centrales peu efficaces 🕘 Une aide à l'Ukraine trop tardive 🚗 L'Autopilot Tesla aux fraises, hier sur korii.

Quatre articles pour prendre de l'avance sur le monde.

Les mini-réacteurs nucléaires (SMR) sont-ils un mirage?

Tech

Les mini-réacteurs nucléaires (SMR) sont-ils un mirage?

«Don't believe the hype»: les renouvelables seraient préférables à ces SMR.