Perdu dans les cieux. | Daniel Munoz / AFP
Perdu dans les cieux. | Daniel Munoz / AFP

Les militaires russes brouillent les systèmes de navigation d'avions commerciaux

Le danger peut être réel, prévient la DGAC.

Vous souvenez-vous de la capture par l'armée ukrainienne d'un Krasukha-4, camion russe de guerre électronique dernier cri destiné, notamment, à brouiller radars, systèmes de communication et systèmes de guidage GPS sur une large zone de plusieurs centaines de kilomètres carrés?

L'usage de ce type de matériel n'est pas sans danger pour les avions civils passant en marge des espaces de conflit, donc pour les humains les empruntant, avance Benoît Roturier, patron de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), repris par Bloomberg.

Selon lui, des pilotes civils ont ainsi rapporté des problèmes avec leurs systèmes de navigation autour de la mer Noire, à proximité de l'enclave russe et fortement armée de Kaliningrad ou dans l'est de la Finlande. «Je ne pense pas que le but soit à cette étape de brouiller les systèmes civils, indique Roturier. C'est un dommage collatéral.»

L'ensemble du trafic aérien mondial a dû se réorganiser pour éviter la zone de conflit ou, de manière plus complexe, un immense territoire russe interdit de survol à de nombreuses compagnies, au point pour la Cathay Pacific de devoir créer le plus long itinéraire de vol de l'histoire pour relier Hong Kong à New York.

Et si le patron de la DGAC explique qu'aucune situation véritablement dangereuse ne s'est encore présentée du fait de ces brouillages intempestifs, ce pourrait à l'avenir être le cas, et il est nécessaire de s'y préparer activement.

«Toute l'Europe doit préparer des plans d'urgence pour le moment où elle perdra ses système satellitaires», prévient-il, le scénario n'étant pas impossible en cas d'élargissement du conflit. «Pour certains pays plus proches du front, moins prêts que d'autres pour trouver des solutions alternatives, la situation a permis de mettre en lumière le besoin. C'est le signal qu'il faut faire quelque chose.»

Pump up the jam

Comme le note Bloomberg, ce type de situation est déjà survenu. En 2018, une soixantaine d'occurrences de ces pertes intempestives de signal avaient été rapportées par des avions civils, a priori liées à des brouillages en provenance du sol. Le Kremlin est, on le sait, friand de la technique pour placer une chape de plomb sur les allées et venues de Vladimir Poutine ou protéger certains lieux stratégiques des regards extérieurs.

Heureusement, les avions civils peuvent compter sur d'autres systèmes pour connaître leur position dans l'espace, explique Roturier. «Les avions frappés par le brouillage peuvent utiliser leurs systèmes de navigation inertielle, un matériel standard qui peut fonctionner de concert avec le GPS, dit-il. Ça pourrait être moins précis, mais cela reste utilisable si le GPS tombe en panne.»

«En France, un brouillage puissant n'utilisant qu'un seul camion pourrait couper un quart du ciel français, poursuit-il. C'est inquiétant pour l'aviation civile. De larges zones peuvent être affectées à l'extérieur des zones de conflit.» Prévenir plutôt que guérir semble donc être une idée plutôt raisonnable en ces temps troublés où nul ne sait ce que l'avenir nous réserve.

En ce moment

La dette créée par Elon Musk pourrait tuer Twitter

Biz

La dette créée par Elon Musk pourrait tuer Twitter

Les bots ne sont sans doute pas le vrai problème.

Bières, appâts de pêche et grenades: les folles transformations des drones ukrainiens

Tech

Bières, appâts de pêche et grenades: les folles transformations des drones ukrainiens

Lorsqu'il s'agit de tuer, l'imagination n'a aucune limite.

🔥 Les gros canons qui changent la guerre 🔫 Ukraine et trafic d'armes 🛢️ Les nouvelles fortunes du pétrole, hier sur korii.

Et Cætera

🔥 Les gros canons qui changent la guerre 🔫 Ukraine et trafic d'armes 🛢️ Les nouvelles fortunes du pétrole, hier sur korii.

Quatre articles pour voir le monde sous un autre jour.