Le bilan jalousie est au moins aussi élevé que le bilan carbone. | Air New Zealand
Le bilan jalousie est au moins aussi élevé que le bilan carbone. | Air New Zealand

Avec SkyNest, Air New Zealand invente «l'avion couchette»

Un nid volant pour kiwis intercontinentaux.

L'éloignement géographique de la Nouvelle Zélande oblige sa compagnie aérienne phare, Air New Zealand, à quelques aménagements particuliers pour ses vols les plus longs –celui pour New York, avec ses 17 heures et 30 minutes de trajet, est proche du record mondial.

Ainsi de son option «SkyNest», soit ses «nids dans le ciel»: Air New Zealand a annoncé fin juin l'installation de «pods», des cabines allongées transformant ses aéronefs en une sorte d'avions couchettes. Bloomberg offre quelques détails sur la chose.

Au nombre de dix-huit et d'une longueur de deux mètres, ces cabines seront installées en queue d'appareil. Elles ne pourront être réservées pour l'intégralité du voyage, mais uniquement pour des plages horaires de quatre heures, correspondant à ce que la compagnie estime être deux cycles de sommeil de quatre-vingt-dix minutes, entrecoupés du temps nécessaire aux réveils, étirements et bâillements de rigueur.

Le personnel de bord sera chargé, entre deux sessions, de nettoyer les petites cabines et d'en changer le linge de lit. Le prix de la chose? On l'imagine facilement réservé aux plus aisés, mais il n'a pas encore été déterminé. Il pourrait être fixe ou varier selon la demande pour le vol en question, à l'image de la tarification des sièges classiques.

Songes à 30.000 pieds

«Il a fallu 170.000 heures de design, des changements constants de petits et grands développements, de réglages et d'ingénierie pour en arriver là», affirme Leanne Geraghty, responsable de la relation client de la compagnie, dont on se demande si elle n'a pas ajouté un zéro par inadvertance au temps nécessaire à cette tâche herculéenne de réinventer le lit.

En développement depuis quelques années, le projet a déjà été assez largement testé par d'importantes cohortes de clients lors de vols tests, notamment entre le pays du long nuage blanc et New York. «Ils n'ont pas été timides lorsqu'il s'est agi de nous dire ce qui allait et n'allait pas, ce qui était inconfortable, là où nous pouvions nous améliorer.»

Ce n'est néanmoins pas la première fois qu'Air New Zealand essaie de coucher sa clientèle. Une option nommée «SkyCouch» permet ainsi déjà de réserver les trois sièges d'une rangée pour en faire un lit de fortune –cette fois-ci pour l'intégralité du vol.

Bloomberg explique qu'un tel triple siège coûte environ 3.000 dollars (2.880 euros) pour un vol entre Auckland et les États-Unis, à comparer avec les 5.000 dollars d'une place en business. Mais le SkyCouch peut être gratuit pour quiconque a la chance d'être la seule personne de sa rangée, comme dans tout autre avion.

Les pods SkyNest, en revanche, ne pourront être habités que s'ils ont été dûment payés. La compagnie estime que la demande sera suffisante et les premiers vols proposant ce service devraient avoir lieu en 2024.

En ce moment

💸 Le bide des tunnels de Musk 🍾 Les dépenses folles de FTX 🏭 Les bras perdus de la Russie, une journée sur korii.

Et Cætera

💸 Le bide des tunnels de Musk 🍾 Les dépenses folles de FTX 🏭 Les bras perdus de la Russie, une journée sur korii.

Quatre articles pour prendre de l'avance sur l'actu.

La guerre en Ukraine prive la Russie de ses travailleurs et de son avenir

Biz

La guerre en Ukraine prive la Russie de ses travailleurs et de son avenir

Exode, conscription et morts coûtent et coûteront cher.

Avant la chute, les gabegies hallucinantes de FTX et Sam Bankman-Fried

Biz

Avant la chute, les gabegies hallucinantes de FTX et Sam Bankman-Fried

Sans aucun contrôle, des dépenses complètement folles.