Vie éternelle et sécurité absolue sont les promesses de NDB. Seront-elles tenues? | Hao Zhang via Unsplash
Vie éternelle et sécurité absolue sont les promesses de NDB. Seront-elles tenues? | Hao Zhang via Unsplash

Les batteries éternelles aux diamants radioactifs avancent

Une start-up américaine annonce vouloir exploiter cette technologie prometteuse.

«Imaginez un monde où vous n'auriez plus à recharger votre téléphone pour la journée. Imaginez maintenant que ce soit pour la semaine, pour le mois... Et pendant des décennies? C'est ce que nous pouvons faire avec notre technologie», vante Neel Naicker, le porte parole de la start-up californienne NDB, dans une interview au site New Atlas.

La technique, que nous présentions il y a quelques mois et qui ne semblait alors être qu'un lointain fantasme industriel, semble donc aller bon train vers des applications pratiques: NDB ambitionne la commercialisation d'une batterie en nanodiamants à la durée de vie quasi illimitée, fabriquée à partir de déchets nucléaires.

Le cœur de la batterie est un petit morceau de diamant radioactif, fabriqué à partir des barres de combustible usagées des réacteurs modérés au graphite. Ce graphite contient du carbone 14, un isotope dont la demi-vie est de près de 5.730 ans.

Ce déchet nucléaire est dangereux et difficile à stocker, mais NDB le recycle sous forme d'un minuscule diamant. À l'intérieur, le carbone 14 se transforme en azote au fur et à mesure de la désintégration, en émettant une particule beta que la batterie convertit ensuite en électricité.

Un minuscule circuit intégré et un micro-supercondensateur collectent, stockent et distribuent instantanément la charge, de sorte que la batterie s'auto-recharge elle-même.

Afin de prévenir toute fuite radioactive, le diamant en carbone 14 est entièrement enrobé d'une couche de carbone 12 qui absorbe les rayonnements. «La batterie n'émet pas plus de radioactivité que le corps humain lui-même», assure le PDG de l'entreprise, Nima Golsharifi.

28.000 ans

D'une durée de vie théorique pouvant aller jusqu'à 28.000 ans (quoiqu'elle soit plutôt autour de neuf ans pour une utilisation classique), cette batterie offre une densité énergétique 57.000 fois supérieure aux batteries lithium-ion classiques, est pratiquement indestructible et totalement sûre, y compris dans le cas d'un accident de voiture électrique, affirme NDB.

Elle serait en outre très compétitive en matière de prix et pourrait s'adapter à n'importe quel format. Les applications potentielles font rêver: smartphone que l'on n'a pas besoin de recharger, voitures électriques à l'autonomie quasi-illimitée, alimentation des satellites, de capteurs industriels, de bâtiments, appareils de stimulation cardiaque ou implants électroniques, etc.

La batterie vient tout juste de passer des tests d'efficacité au Lawrence Livermore National Laboratory (Californie) et à l'Université de Cambridge, qui ont réussi à charger des appareils à 40%.

Une première commercialisation est attendue dans les deux ans et une version de plus grande capacité pour dans cinq ans, assure la start-up. Une telle révolution semble difficile à croire. La technologie est pourtant à l'étude dans d'autres laboratoires dans le monde et NDB a déjà déposé de nombreux brevets pour protéger sa trouvaille. C'est ce qui s'appelle transformer le plomb en or.

En ce moment

Avec le Covid-19, le Black Friday est devenu un jour comme un autre

Biz

Avec le Covid-19, le Black Friday est devenu un jour comme un autre

Aux États-Unis, les promotions de fin novembre sont bien moins agitées que d'habitude.

Acheter une carte graphique dernière génération? Mission impossible!

Tech

Acheter une carte graphique dernière génération? Mission impossible!

Les magasins sont pris d'assaut à cause d'une pénurie.

La guerre des lobbies du «low carb»

Biz

La guerre des lobbies du «low carb»

Les partisans des régimes pauvres en glucides tentent d'influencer les normes nutritionnelles qui doivent être revues prochainement.