Comment s'inventer un leadership lorsque l'on n'est pas leader. | Roberto Sorin via Unsplash
Comment s'inventer un leadership lorsque l'on n'est pas leader. | Roberto Sorin via Unsplash

Les normes, arme fatale de l'Europe pour devenir championne du monde des batteries

En Europe, on n'a pas d'usines mais on a des règles.

Avec l'essor inexorable de la voiture électrique, la batterie est au cœur des enjeux géostratégiques pour les constructeurs et les États. Elle représente en effet un tiers du prix de la voiture. C'est donc là que la valeur ajoutée se joue.

Hélas, du moins pour le reste du monde placé en situation de dépendance, la grande majorité des batteries est aujourd'hui fabriquée en Asie. Les six premiers producteurs, tous originaires d'Asie de l'Est, se sont partagé 86% du marché de la production en 2020, selon le cabinet SNE Research.

L'Europe tente timidement de riposter, avec son projet «d'Airbus des batteries» lancé par la France et l'Allemagne en 2019 et soutenu par la Commission européenne.

Sauf que celui-ci a déjà du plomb dans l'aile, et ne réunira finalement que deux entreprises françaises, Stellantis et Total. Pas vraiment de quoi faire un super champion. Un deuxième consortium concurrent a bien été annoncé début 2021, mais avec un financement de 2,9 milliards d'euros, clairement pas à la hauteur.

Alors l'Europe s'apprête à dégainer une nouvelle arme pour empêcher les batteries asiatiques d'inonder le continent: la réglementation. «Les batteries mises sur notre marché, quelle que soit leur origine, devront être durables», prévient Maroš Šefčovič, vice-président de la Commission européenne.

Protectionnisme déguisé

Le respect de critères de production écologiques sera ainsi probablement bientôt une condition préalable à la vente d'une batterie au sein du bloc européen, indique le site Euractiv.

«L'UE est un marché incontournable pour tous ceux qui veulent faire des affaires et deviendra une référence en tant que plus grand marché du monde», renchérit Stefano Soro, fonctionnaire à la direction du marché intérieur de la Commission européenne.

En plus des normes de durabilité, le règlement en cours de discussion établira des critères de performance et de recyclage, et imposera un étiquetage montrant l'origine des matériaux utilisés dans la batterie, qui devront eux aussi répondre à des exigences en matière de durabilité et de droits de l'homme.

«Les exigences proposées en matière de critères écologiques devraient réduire considérablement le nombre de batteries fabriquées à l'étranger pour la vente en Europe», se félicite le site Euractiv.

L'initiative ne fait pourtant pas que des heureux. Plusieurs pays dénoncent une usine à gaz, avec une empreinte carbone des batteries difficile à estimer. L'ACEA, le lobby des constructeurs automobiles, prévient lui que les nouvelles normes feront augmenter le coût des batteries, renchérissant le prix des véhicules électriques pour le consommateur.

«Le verrouillage d'exigences spécifiques pourrait étouffer l'innovation dans une industrie en mouvement rapide», s'inquiètent également les constructeurs.

L'Europe a déjà raté le train du cloud, dominé par les Américains, et des panneaux solaires, dont la production est massivement partie en Asie. Incapable de créer des champions compétitifs, elle en est donc réduite à user d'une politique protectionniste pour ne pas se faire étouffer. Un pis-aller bien peu satisfaisant.

En ce moment

Le patron de l'Agence spatiale européenne entre en guerre contre Elon Musk

Tech

Le patron de l'Agence spatiale européenne entre en guerre contre Elon Musk

L'Europe ne doit pas laisser le milliardaire faire de l'espace son Far West personnel.

L'engouement pour la fusion nucléaire va-t-il enfin payer?

Tech

L'engouement pour la fusion nucléaire va-t-il enfin payer?

Les capitaux affluent, mais la promesse pourrait être un peu trop belle.

Rafale: comment l'avion «invendable» engrange désormais les succès

Tech

Rafale: comment l'avion «invendable» engrange désormais les succès

Le fleuron de l'armée française a longtemps enchaîné les déboires à l'export.