«Rhaaaaaaaaa!» | Usman Yousaf via Unsplash
«Rhaaaaaaaaa!» | Usman Yousaf via Unsplash

Bitcoin: le mot de passe perdu à 215 millions d'euros

Un bien coûteux trou de mémoire.

Développeur allemand installé à San Francisco, Stefan Thomas a de la chance. Il dispose, sur un «hard wallet», conçu pour sécuriser la possession de cryptomonnaies, de 7.002 bitcoins.

À l'instant où ces lignes sont écrites, et après des semaines d'un rodéo fou qui ont mené la devise numérique bien au-delà de la barre des 30.000 euros, ces 7.002 bitcoins représentent la très coquette somme de 214.696.004 euros –nous vous faisons grâce des centimes.

Stefan Thomas est donc un homme riche. Du moins virtuellement. Car l'informaticien, qui a reçu les 7.002 bitcoins en 2011 en rétribution d'un menu travail et alors que la monnaie ne valait que quelques kopecks, a un bien ennuyeux trou de mémoire. Impossible de se souvenir du mot de passe qu'il avait alors choisi en créant son adresse, et le petit bout de papier sur lequel il l'avait nonchalamment griffonné est introuvable.

Comme le raconte le New York Times, son portefeuille informatique, une IronKey, n'autorise que dix tentatives pour entrer le (très) précieux sésame. Au-delà, elle considère qu'il s'agit d'une tentative de piratage, le contenu de la clé est tout bonnement effacé, et la fortune est brûlée à jamais. Stefan Thomas a fait huit essais, il ne lui en reste que deux avant les éternels regrets.

Retrouver l'introuvable

Revenu de son fantasme de compte bancaire sans banque, Thomas l'a pour ainsi dire un peu mauvaise. «Toute cette idée d'être sa propre banque... Laissez-moi faire l'analogie: est-ce que vous fabriquez vos propres chaussures? Les banques existent pour que nous n'ayons pas à nous occuper de toutes ces choses dont elles s'occupent», confie-t-il, amer, au NYT.

Disques durs effacés, clés perdues, mots de passe passés à la machine: Stefan Thomas est loin d'être le seul à qui la mémoire a joué ce vilain tour, et à passer des milliers d'heures à se torturer inutilement la tête pour retrouver l'introuvable.

Selon la firme Chainalysis, environ 20% des 18,5 millions de bitcoins en circulation, soit l'équivalent de 115 milliards d'euros, sont ainsi inaccessibles.

Le développeur californien, explique le quotidien, a fini par se faire une raison. Il a mis son IronKey sous scellés et l'a stockée dans un endroit secret, attendant que quelqu'un, un jour peut-être, trouve une solution pour en casser l'accès. «J'en suis arrivé à un point où je me suis dit “Laisse cette histoire au passé, pour le bien de ta santé mentale”», dit-il.

Le fait qu'il n'ait pas totalement abandonné les cryptomonnaies et qu'il se soit, en dehors de cette IronKey et avec les années, construit un solide pécule parallèle doit aider.

En ce moment

Comment les cryptos contaminent Wall Street

Biz

Comment les cryptos contaminent Wall Street

Les portefeuilles se remplissent de cryptomonnaies, et des risques qui y sont associés.

Après des mois sans voler, les pilotes multiplient les erreurs

Et Cætera

Après des mois sans voler, les pilotes multiplient les erreurs

La pandémie a considérablement ralenti les vols commerciaux et les équipages ont un peu perdu la main.

Les camions qui roulent au GNL polluent plus que le diesel

Tech

Les camions qui roulent au GNL polluent plus que le diesel

«L'énergie fossile la plus propre du monde» n'est pas si écolo que ça…