Les industriels ont tout à gagner à prévoir les pannes, plutôt qu'à les subir. | Pierre Chatel Innocenti via Unsplash
Les industriels ont tout à gagner à prévoir les pannes, plutôt qu'à les subir. | Pierre Chatel Innocenti via Unsplash
Veolia présente

Bob Assistant, une «oreille» connectée pour la maintenance prédictive des machines.

Prévenir, c'est guérir: en écoutant la façon dont les machines vibrent, ce petit boîtier sait si elles fonctionnent normalement ou non.

Sébastien Huguet, market manager chez Éolane, fait vibrer son téléphone, puis y pose le Bob Assistant, un boîtier pas plus gros qu'un paquet de cigarettes. Enclenché grâce à son unique bouton, son voyant s'illumine d'abord en vert, puis en bleu, ce qui signifie qu'il a démarré son apprentissage automatique. Cette information est répercutée sur une interface qui s'affiche sur un PC.

«Fixé magnétiquement ou par vis sur n'importe quelle machine qui vibre, le Bob Assistant apprend tout seul grâce à ses algorithmes d'IA, développés avec Cartesiam. Il identifie toutes les vibrations, puis celles qui sont répétées régulièrement, de façon à obtenir la signature vibratoire de la machine», explique Sébastien Huguet.

Une fois qu'il connaît cette «signature vibratoire», le Bob Assistant peut identifier, en fonction de la façon dont elle vibre, si la machine fonctionne bien ou si quelque chose en elle ne tourne pas rond.

Du Movee au Bob Assistant

Éolane naît en 1978 à Combrée (49). Sous-traitant électronique, elle grandit, se diversifie et s'internationalise rapidement. L'entreprise réalise aujourd'hui 340 millions d'euros de chiffre d'affaires, emploie 3.200 personnes et travaille sur plusieurs continents. Son siège se situe désormais à Angers, où nous rencontrons Sébastien Huguet.

«Nos deux piliers actuels sont la conception et fabrication d'équipements, ainsi que l'élaboration de solutions et produits propres dans l'internet des objets (IoT)», précise le market manager. Éolane opère dans huit secteurs: défense, aéronautique, ferroviaire, énergie, médical, industrie, télécoms et automobile.

Nous avons développé une première brique technologique utilisable par nos clients pour créer leurs produits IoT. Mais ils nous ont répondu: allez plus loin, faites vous-même un produit.
Sébastien huguet, market manager chez Éolane

«En 2015-2016, le directeur d'Innovation d'Éolane et moi-même avons décidé de nous lancer sur le secteur de l'IoT. Nous avons développé une première brique technologique utilisable par nos clients pour créer leurs produits IoT. Mais ils nous ont répondu: allez plus loin, faites vous-même un produit», explique Sébastien Huguet.

Après quelques années de R&D et des centaines de milliers d'euros investis, Éolane met sur le marché le Movee, puis le Bob Assistant en 2018. L'objectif est de créer des capteurs connectés endurants sur le plan énergétique, solides et simples d'utilisation.

Les applications visées sont la logistique, la sécurité et la maintenance prédictive: précisément les domaines où excelle Bob, dont le spécialiste en capteurs intelligents nke WATTECO a désormais la charge après le rachat de la gamme en 2020.

Intelligent et connecté, ce discret petit boîtier peut sauver la machine des pannes et arrêts inopinés. | nke WATTECO

L'oreille absolue

«Les principaux obstacles pour les clients sont la complexité des technologies et les problèmes de sécurité informatique. Nous avons fait le choix du edge computing: plutôt que de remonter toutes les données dans le cloud, on traite les données dans le capteur et l'on transmet celles qui sont pertinentes via le protocole LoRaWAN», détaille le market manager.

Les objets connectés n'ont pas forcément besoin du WiFi, des réseaux mobiles 4G/5G ou du bluetooth pour fonctionner: des réseaux bas débit (et made in France) comme SigFox et LoRaWAN couvrent l'ensemble du territoire. Ils permettent de transporter beaucoup moins de données, mais la portée de leurs antennes est bien plus élevée et leur consommation énergétique bien moindre.

Nous avons installé le Bob Assistant dans une station d'épuration de Veolia en Allemagne, sur l'une de ses deux hélices. Le Bob Assistant a détecté des anomalies. Veolia n'a d'abord pas relevé d'anomalie, avant de se rendre compte que c'était l'autre hélice qui avait un problème. Le capteur avait détecté le changement de signature vibratoire depuis la première hélice.
Sébastien huguet, market manager chez Éolane

Cela engendre un deuxième défi technique: le boîtier doit être capable «d'apprendre» seul la signature vibratoire de n'importe quelle machine grâce à l'IA, tout en consommant très peu d'énergie. Une simple pile AA doit ainsi être capable de faire tourner des algorithmes sophistiqués pendant un an.

«Nous avons installé le Bob Assistant dans une station d'épuration de Veolia en Allemagne, sur l'une de ses deux hélices. Le Bob Assistant a détecté des anomalies. Veolia n'a d'abord pas relevé d'anomalie, avant de se rendre compte que c'était l'autre hélice qui avait un problème. Le capteur avait détecté le changement de signature vibratoire depuis la première hélice», s'amuse le market manager. De plus en plus de pompes Veolia sont équipées du petit boîtier d’Éolane.

Une autre maintenance est possible

Alors que le smartphone sur lequel est posé le Bob Assistant continue de vibrer, Sébastien Huguet le tapote de plusieurs coups espacés. Le capteur ne réagit pas: les faux positifs sont esquivés. En revanche, lorsqu'il commence à le faire bouger de façon plus soutenue, le voyant passe du vert au rouge, et l'interface qui apparaît sur le PC signale une anomalie.

L'objectif, c'est d'agir avant le première panne, avant que ça déclenche une série de problèmes de plus en plus graves. Cela permet aussi un entretien plus intelligent.
Sébastien huguet, market manager chez Éolane

«L'objectif, c'est d'agir avant le première panne, avant que ça déclenche une série de problèmes de plus en plus graves. Cela permet aussi un entretien plus intelligent: par exemple, plutôt que de changer le filtre d'une centrale de traitement d'air à intervalle fixe, on peut le renouveler au moment où il commence à s'encrasser», détaille-t-il.

La maintenance prédictive dans l'industrie est une tendance forte. Mais elle avance lentement: les changements organisationnels qu'elle implique occasionnent logiquement des résistances au sein du personnel.

À terme, une nouvelle génération de Bob Assistant plus intelligente encore, à même de déterminer déterminer la nature de la panne, pourrait prendre la place de ce petit pionnier. Et qui sait, ce boîtier malin saura peut-être un jour lui-même réparer la machine?

Cet article vous est proposé par korii et Veolia dans le cadre de Green Mirror, un événement éditorial écrit et audio pour voyager dans le temps, prendre conscience et réfléchir sur les enjeux qui nous attendent collectivement face au changement climatique. Comment agir dès maintenant face à l'urgence?

Découvrez les solutions déjà existantes ou prometteuses à travers notre série d'articles et de podcasts publiés sur notre site-événement.

En ce moment

Comment les cryptos contaminent Wall Street

Biz

Comment les cryptos contaminent Wall Street

Les portefeuilles se remplissent de cryptomonnaies, et des risques qui y sont associés.

Après des mois sans voler, les pilotes multiplient les erreurs

Et Cætera

Après des mois sans voler, les pilotes multiplient les erreurs

La pandémie a considérablement ralenti les vols commerciaux et les équipages ont un peu perdu la main.

Les camions qui roulent au GNL polluent plus que le diesel

Tech

Les camions qui roulent au GNL polluent plus que le diesel

«L'énergie fossile la plus propre du monde» n'est pas si écolo que ça…