Dévoilement de l'«ailier loyal», conçu par Boeing pour les forces aériennes australiennes. | Boeing
Dévoilement de l'«ailier loyal», conçu par Boeing pour les forces aériennes australiennes. | Boeing

Boeing dévoile son Loyal Wingman, un drone d'escorte armé et quasi autonome

Piloté par une IA, il épaulera les chasseurs australiens humains: de quoi bouleverser le combat aérien.

Une escorte furtive sans pilote pour les pilotes de chasse: tel est le concept du Loyal Wingman de Boeing. Au lieu de mobiliser des chasseurs pour en escorter un autre, l'armée australienne pourra désormais en envoyer un seul en mission, épaulé par un ou plusieurs drones armés et quasi autonomes pour leur pilotage.

Avec 11,7 mètres de long et 3.700 kilomètres d'autonomie, il permettra aussi de mieux protéger les chasseurs et de mettre en place de nouvelles tactiques militaires. Le projet, annoncé il y a quatorze mois, est issu d'une collaboration entre Boeing Australie et le ministère australien de la Défense.

Ces drones sont quasi autonomes en ce qui concerne leur pilotage. Un opérateur leur donne la direction générale à suivre, puis l'IA prend le relais. Cela les distingue par exemple des Predator MQ-9, utilisés par la France et les États-Unis, qui sont pilotés à distance. Par ailleurs, le Loyal Wingman n'est pas conçu pour mener des actions offensives.

Cette semaine, Boeing a dévoilé trois prototypes qui vont servir à une batterie de tests. Chacun d'entre eux dispose d'un «jumeau numérique» qui permettra d'autres essais dans le cadre de simulations informatiques. Le premier vol du modèle définitif devrait avoir lieu avant février 2021.

Un nez amovible

Un des atouts du Loyal Wingman est de pouvoir changer de nez selon les missions, ce qui lui confère une grande flexibilité. Long de 2,60 mètres et d'une capacité de 147.483 cm3, le nez abrite les principaux senseurs et équipements technologiques.

«Si la mission consiste à affronter des chasseurs ennemis, un drone peut embarquer un système de recherche et de suivi infrarouge, tandis que deux autres embarquent des radars, qu'un autre embarque une passerelle de communication et qu'un autre encore embarque une charge utile de guerre électronique et un système laser défensif», explique The Drive.

Le Loyal Wingman pourrait aussi servir à escorter d'autres types d'avions, tels que des appareils de ravitaillement, de patrouille maritime ainsi que des système de détection et de commandement aéroportés.

Au lieu de faire coexister de nombreux appareils diférents, ce qui peut être complexe, le Loyal Wingman permet de disposer d'un système globalement intégré et modulable. Cela sera certainement un atout à l'exportation face à son concurrent, le Kratos XQ-58 Valkyrie. D'autant plus qu'il coûte environ 2 millions de dollars l'unité [1,85 millions d'euros], un prix relativement bas pour ce type de technologie.

En ce moment

La sale blague d'Elon Musk, 226 millions dans une décharge, le bonus payant de Pfizer, l'hebdo de korii.

Et Cætera

La sale blague d'Elon Musk, 226 millions dans une décharge, le bonus payant de Pfizer, l'hebdo de korii.

Dix (courts) articles pour bien occuper votre dimanche.

La délation fiscale, un sport en plein essor aux États-Unis

Biz

La délation fiscale, un sport en plein essor aux États-Unis

Des dénonciations et récompenses record en 2020.

Fab.com, ou comment brûler 300 millions de dollars en quatre ans

Biz

Fab.com, ou comment brûler 300 millions de dollars en quatre ans

De héros à zéro, tout est parfois une histoire de fuite en avant.