D'après des tests, une combinaison de cellules à pérovskites et de silicium est 29% plus efficace que les cellules de silicium classiques. | Science in HD via Unsplash
D'après des tests, une combinaison de cellules à pérovskites et de silicium est 29% plus efficace que les cellules de silicium classiques. | Science in HD via Unsplash

Les cellules à pérovskites sont l'avenir de l'énergie solaire

Une fois mise au point cette technologie pourrait surpasser nos panneaux photovoltaïques actuels.

À l'heure où notre planète a plus que jamais besoin d'énergies renouvelables, des scientifiques s'intéressent de très près aux technologies photovoltaïques, celles qui transforment les rayons du soleil en électricité ou en chaleur.

D'après Wired, un matériau découvert il y a une dizaine d'années pourrait révolutionner ces technologies, comme le marché qui leur est associé. Il s'agit des «cellules photovoltaïques à pérovskites». Derrière ce nom scientifique barbare se cachent des cellules issues de minéraux bien particuliers et capables de transformer les rayons lumineux du soleil.

Une solution moins chère et plus facile à fabriquer que les cellules de silicium, que l'on retrouve dans la plupart des panneaux solaires aujourd'hui. Pour pouvoir être produites, ces dernières doivent être chauffées à plus de 1.500 degrés et traitées avec des produits toxiques. Les cellules à pérovskites, quant à elles, peuvent être «imprimées» grâce à des techniques simples, et sur tous types de surfaces.

Leur flexibilité et leur semi-transparence pourrait permettre de transformer tout et n'importe quoi, des fenêtres aux ailes des avions, en panneaux solaires. Elles sont en outre très sensiblement plus efficaces que les cellules de silicium pour convertir les rayons du soleil en électricité.

Les dernières étapes avant
la commercialisation

Les cellules à pérovskites ont toutefois du chemin à parcourir avant de détrôner le silicium. Il reste en particulier aux scientifiques à comprendre certains mécanismes propres au matériau, afin de le rendre plus stable et résistant.

Selon un article publié dans la revue scientifique Nature, l'étude de la composition de ces cellules a révélé l'existence de ce qu'on appelle des «deep traps», des défauts dans la structure cristalline des pérovskites. Ce sont ces écueils microscopiques qui fragilisent les cellules et peuvent obérer leur capacité à convertir l'énergie.

Une équipe de recherche a récemment réussi à localiser, en laboratoire, l'emplacement de ces «deep traps» dans des cellules tests. Pour cela, ces scientifiques ont imaginé une technologie d'imagerie avancée, qui permet de cartographier la cellule au nanomètre près.

Il leur reste donc à trouver un moyen de se débarasser de ces «deep traps», soit au moment de la fabrication de la cellule (ce qui nécessite de comprendre comment elles se créent), soit en les traitant après-coup. Il faudra encore patienter quelques années avant que les premiers prototypes ne sortent des laboratoires. Une chose semble cependant sûre: patienter vaudra le coût.

En ce moment

Avec le Covid-19, le Black Friday est devenu un jour comme un autre

Biz

Avec le Covid-19, le Black Friday est devenu un jour comme un autre

Aux États-Unis, les promotions de fin novembre sont bien moins agitées que d'habitude.

Acheter une carte graphique dernière génération? Mission impossible!

Tech

Acheter une carte graphique dernière génération? Mission impossible!

Les magasins sont pris d'assaut à cause d'une pénurie.

La guerre des lobbies du «low carb»

Biz

La guerre des lobbies du «low carb»

Les partisans des régimes pauvres en glucides tentent d'influencer les normes nutritionnelles qui doivent être revues prochainement.