Quand les fusées tombent, les paysans trinquent. | STR / AFP
Quand les fusées tombent, les paysans trinquent. | STR / AFP

En Chine, les fusées retombent sur les maisons

Les avancées spatiales du pays ne sont pas sans risque pour les populations rurales qui les observent, inquiètes, depuis le plancher des vaches.

«Plus il y a de lancements, plus il y a de chances que quelque chose tourne mal», explique avec logique Victoria Samson de la Secure World Foundation à la Technology Review du MIT. Lorsque ceux-ci s'effectuent au-dessus de l'océan, comme c'est le cas pour la plupart des pays occidentaux, un éventuel pépin ne constitue un réel danger que pour les mérous, les crevettes ou des marins particulièrement malchanceux.

Mais lorsque les fusées s'envolent au-dessus du continent, comme c'est le cas des engins chinois dont les pas de lancement principaux sont situés au cœur du pays, il arrive que les populations –souvent rurales– vivant sous la trajectoire des bolides spatiaux soient directement victimes de dysfonctionnements.

Il pleut des fusées

Ce fut le cas fin novembre, quand l'un des boosters d'une Longue Marche 3B, lancée depuis la base de Xichang, est retombé sur des bâtiments d'habitation, ne faisant par bonheur aucun blessé mais inondant les réseaux sociaux d'un flot d'images impressionnantes.

Comme le raconte le site américain, cette mésaventure est loin d'être la première. Il cite notamment un drame survenu en 1996, lorsqu'un engin du même modèle a totalement raté son envol inaugural avant d'aller s'écraser sur un village proche du pas, tuant un nombre non déterminé d'habitant·es –certaines estimations occidentales comptent les victimes en centaines.

La Technology Review note également que les populations de Sibérie ne sont pas étrangères à ces pluies de débris qui, outre les dégâts et victimes directes, peuvent causer de sérieux problèmes environnementaux. En Union soviétique puis en Russie, les lancements depuis Baïkonour seraient ainsi responsables de la chute de 2.500 tonnes de débris.

Pourquoi la Chine, qui dispose de bases permettant des lancements au-dessus de l'océan, ne change-t-elle pas de politique en la matière? Car, analyse Thomas Roberts du Center for Strategic and International Studies, cela signifierait pour elle des lancements plus coûteux en carburant, ou une dispendieuse mise à niveau de son pas de tir de Hainan.

Mettre les populations à l'abri nécessite donc une volonté politique. Celle-ci pourrait être titillée par la viralité, sur le réseau social Weibo notamment, des vidéos et photos des dégâts subis, postées par des populations rurales lasses de faire trop discrètement les frais de la conquête spatiale chinoise.

En ce moment

Quand la Playstation servait à étudier les trous noirs

Tech

Quand la Playstation servait à étudier les trous noirs

Peu coûteuse et adaptable, cette machine taillée pour le jeu a aussi fait des miracles en sciences.

Le «sale petit secret» d'Uber, la pollution des sacs réutilisables, des bébés génétiquement modifiés, une semaine sur korii.

Et Cætera

Le «sale petit secret» d'Uber, la pollution des sacs réutilisables, des bébés génétiquement modifiés, une semaine sur korii.

De la lecture et des surprises pour votre samedi.

La recherche des seins parfaits, la mafia meilleure que Goldman Sachs, +100% à Wall Street, une journée sur korii.

Et Cætera

La recherche des seins parfaits, la mafia meilleure que Goldman Sachs, +100% à Wall Street, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'huii.