Shanghai sous la pluie, ou Shanghai sous le soleil? | Ralf Leineweber via Unsplash
Shanghai sous la pluie, ou Shanghai sous le soleil? | Ralf Leineweber via Unsplash

La Chine lance un programme géant de contrôle de la météo

Le pays souhaite faire la pluie ou le beau temps, à sa guise, sur plus de la moitié de son territoire.

Déjà en pointe dans le domaine, la Chine a annoncé la multiplication par cinq des capacités de son programme de modification météorologique, pour permettre d'ici 2025 de commander pluie, neige ou beau temps sur 56% de son immense territoire.

Le pays, qui est loin d'être le seul à vouloir faire la pluie et le beau temps, n'est pas non plus novice en la matière. Les premières ébauches du programme, pris en charge par le Bureau des modifications météorologiques de Pékin, ont été lancées dès les années 60.

L'objectif est de contrôler les précipitations sur divers territoires, afin de contrer d'éventuelles sécheresses ou d'appuyer l'agriculture. En 2008, le pays s'était enorgueilli d'avoir amplement utilisé la méthode pour garantir une météo clémente aux Jeux olympiques de Pékin.

Techniquement, rien de tout à fait nouveau non plus. Des avions ou canons antiaériens modifiés peuvent, par exemple, «ensemencer les nuages» en y projetant diverses substances (iodure d'argent, sels de sodium, nitrogène liquide, etc.), qui permettent de faire grossir –donc tomber– les gouttelettes d'eau.

Démiurges

C'est l'échelle du programme que cherchent à booster les autorités de Pékins qui frappe: alors que la filière emploie déjà 35.000 personnes, ses effectifs et moyens devraient être multipliés par cinq pour permettre de contrôler le temps sur 5,5 millions de kilomètres carrés d'ici 2025.

C'est environ une fois et demie la superficie de l'Inde, et c'est précisément ce qui inquiète, comme l'explique le Guardian. En visant particulièrement le plateau tibétain, plus vaste réserve aquatique en Asie, la Chine pourrait perturber l'intégralité du système météorologique de la région, perturber le flux du Mékong, de la Salouen ou du Brahmapoutre.

L'Inde voisine, avec laquelle les tensions sont déjà grandes, pourrait ainsi voir certaines de ses régions privées de précipitations vitales, et la presse du pays s'est empressée de dénoncer une «militarisation du temps».

Cette idéologie du «domptage des éléments», qu'illustre également le méga-projet imaginé par Mao de diversion Sud-Nord des flux aquatiques du pays, montre la volonté de fer de la Chine de contrôler son environnement –et peut-être, volontairement ou indirectement, celui de ses voisins.

Elle pourrait ouvrir la voie à d'autres techniques de géo-ingénierie tout aussi problématiques, comme l'injection d'aérosols dans la stratosphère, qui permettrait selon ses partisans de contrôler l'impact terrestre des rayonnements solaires, donc de lutter contre le changement climatique.

En ce moment

Les voitures autonomes ne sont pas plus évoluées qu'un enfant de 7 ans

Tech

Les voitures autonomes ne sont pas plus évoluées qu'un enfant de 7 ans

L'intelligence artificielle fait fi du concept de «permanence des objets».

L'ordinateur quantique est-il voué à l'échec?

Tech

L'ordinateur quantique est-il voué à l'échec?

Beaucoup trop de bruit pour pas grand-chose.

Dans les bagages des touristes de SpaceX, des menottes et des sédatifs

Tech

Dans les bagages des touristes de SpaceX, des menottes et des sédatifs

On n'est jamais trop prudent.