Un B-1B Lancer qui, justement, s'apprête à lancer. |  Air Force / Ethan Wagner via Dvids
Un B-1B Lancer qui, justement, s'apprête à lancer. |  Air Force / Ethan Wagner via Dvids

Le «Joint air-to-surface standoff missile», l'arme américaine qui pourrait sauver Taïwan

Si une invasion se prépare, la résistance se réfléchit.

Ce n'est un mystère pour personne –certainement pas pour les états-majors, les analystes et stratèges du monde entier–, et les tensions continuelles dans la région ne laissent que peu de doute sur l'issue des choses: la Chine de Xi Jinping, tranquillement mais sûrement, prépare une invasion de Taïwan.

Que donnerait une telle tentative? Comme l'ont rapporté Bloomberg ou divers médias français, un cercle de réflexion américain, le Center for Strategic and International Studies (CSIS), a procédé à une simulation –un «war game»– d'une attaque de l'île par son vaste voisin.

Résultat, du moins sur le papier: dans le cas d'une intervention américaine, qui serait, à en croire Joe Biden, plutôt probable et se ferait sans doute en étroite collaboration avec les forces armées japonaises, l'attaque chinoise se solderait par un échec. Mais un échec extrêmement coûteux sur le plan humain, et ce pour tout le monde.

Malgré «des bombardements massifs, les forces terrestres taïwanaises se déverseraient sur les plages, où l'envahisseur peinerait à bâtir une tête de pont puis à pénétrer dans Taïwan», peut-on lire dans ce scénario décrit comme «le plus probable». Les sous-marins, bombardiers et chasseurs américains, suppléés par l'armée japonaise, pourraient «rapidement entamer la flotte amphibie chinoise».

Pour ce faire, comme le décrit Forbes, les États-Unis pourraient avoir recours à l'ensemble de leur large arsenal habituel. Une arme en particulier leur serait néanmoins précieuse: l'AGM-158 «joint air-to-surface standoff missile» (JASSM), et surtout sa version à portée étendue (JASSM-ER).

Miss île

«Le JASSM, un missile d'attaque au sol furtif et lancé depuis les airs, est spécial», écrivent les auteurs du rapport. «La précision à longue portée de son guidage et ses caractéristiques furtives en font une arme importante pour les États-Unis.» Une version antinavires du JASSM-ER existe, nommée Long-range anti-ship missile (LRASM).

Mark Cancian, Matthew Cancian et Eric Heginbotham du CSIS précisent cependant que les États-Unis ne disposent pas d'un grand nombre de cette version «navy». En 2026, année durant laquelle se déroulait le scénario de cette guerre simulée, les forces américaines devraient en revanche être munis de 3.600 JASSM-ER «classiques», qui pourraient a priori être efficacement utilisés contre des cibles maritimes.

Lancé depuis de nombreux types d'aéronefs, du B-1 Lancer au F-35 Lightning, et utilisé en masse contre les forces navales chinoises, pourtant si vastes qu'elles constituent désormais la plus grande flotte militaire au monde, le JASSM-ER pourrait ainsi fortement perturber la traversée par Pékin du détroit qui sépare le continent de Taïwan et la logistique de l'invasion.

Les simulations ont été refaites à vingt-quatre reprises, avec des paramètres à chaque fois différents. Dans chaque situation, c'est le joint air-to-surface standoff missile qui a fait la différence et transformé l'attaque chinoise en échec. «Le JASSM a eu un impact décisif sur les résultats finaux», est-il écrit.

Sans retirer quoi que ce soit aux qualités et à l'efficacité de la marine américaine, qui perdrait d'ailleurs de nombreux navires, porte-avions et sous-marins dans une âpre bataille, le rapport note que c'est le missile qui a provoqué les dégâts les plus importants du côté de la flotte chinoise, élément autour duquel tournerait toute tentative d'invasion.

En ce moment

Comment sont fabriqués les obus envoyés en Ukraine?

Tech

Comment sont fabriqués les obus envoyés en Ukraine?

Mode d'emploi, pas à pas.

Malin: le U-2 «Dragon Lady», l'avion espion américain qui a espionné le ballon espion chinois

Tech

Malin: le U-2 «Dragon Lady», l'avion espion américain qui a espionné le ballon espion chinois

Et si Washington en avait plus appris sur Pékin que l'inverse?

Vous pensez savoir quelle planète est la plus proche de la Terre? Vous vous trompez

Tech

Vous pensez savoir quelle planète est la plus proche de la Terre? Vous vous trompez

Surprise: ce n'est ni Mars, ni Vénus.