Ravageuse et discrète, l'électricité des orages aurait pu être une arme parfaite. | Bethany Laird via Unsplash
Ravageuse et discrète, l'électricité des orages aurait pu être une arme parfaite. | Bethany Laird via Unsplash

Quand la CIA voulait transformer la foudre en arme de destruction massive

Folle, l'idée semblait néanmoins scientifiquement valide.

Qui n'a jamais rêvé de tenir le pouvoir d'un éclair entre ses mains, à la manière d'une statue de Zeus? La CIA ne fait pas exception. Des documents confidentiels datant de 1967 indiquent ainsi que l'agence américaine songeait sérieusement à capter la puissance électrique des orages pour en faire une arme.

Le concept décrit dans le document parle de «guider les éclairs» en se basant sur le fonctionnement naturel de la foudre, pour «provoquer les décharges à l'endroit et au moment où nous le voulons».

Pour rappel, la foudre s'abat depuis les nuages en plusieurs temps: d'abord, le nuage se charge d'électricité en réaction aux mouvements de chaleur de l'air et à l'humidité. Puis un tracé (ou précurseur) se crée depuis le sol vers le nuage (du bas vers le haut), avant que le nuage ne relâche l'énergie accumulée à travers ce tracé (du haut vers le bas).

Une fois la première salve relâchée, chaque nouvelle décharge va prolonger le tracé par bonds, comme si on ajoutait à chaque fois un échelon à une échelle. Si elle atteint le sol, ce sera généralement avec une énergie de 300 millions de volts à 30.000 ampères –des chiffres quatre à cinq fois plus élevés que ceux d'une centrale nucléaire.

Colère divine

Pour choisir l'endroit où la foudre s'abat, le document exploratoire de la CIA repose sur un précurseur artificiel. Une bobine de fil de quelques millimètres de diamètre et de plusieurs kilomètres de long serait insérée dans les orages par des avions ou des fusées, puis déroulée jusqu'au sol grâce à un parachute de freinage.

Elle serait privilégiée par l'orage comme précurseur: du fait de sa nature métallique et son placement en hauteur, elle attirerait l'éclair à la manière d'un paratonnerre. «Il ne devrait rester que peu ou pas de preuves de ce qui a causé la foudre», ajoute le scientifique dans son rapport: de quoi théoriquement déguiser l'attaque en catastrophe naturelle pour la CIA.

Scientifiquement, la proposition est valide, comme l'ont montré des expériences avec des fusées pour provoquer des éclairs artificiels du côté des États-Unis ou de la Chine dans les années qui ont suivi. Rien ne prouve néanmoins qu'un projet similaire à celui mentionné dans le document de 1967 ait réussi, ou même fait l'objet d'une tentative.

Cette idée inspirée de la mythologie n'avait rien d'exceptionnelle à l'époque. L'armée américaine avait par exemple tenté de «semer» des nuages et de la pluie pendant la guerre du Vietnam, pour freiner l'approvisionnement de l'armée adverse.

Quant à la CIA, elle avait voulu faire croire aux Cubains que la Seconde Venue de Jésus-Christ approchait, grâce à des fusées lumineuses lancées depuis des sous-marins de surface.

En ce moment

Deux ans et demi après l'euphorie, la gueule de bois du cannabis canadien

Biz

Deux ans et demi après l'euphorie, la gueule de bois du cannabis canadien

La consommation récréative n'a pas le succès espéré.

Changement de nom: le palmarès des ratages des marques

Biz

Changement de nom: le palmarès des ratages des marques

Kyndryl, Getlink, Ouigo, Dinoowi… Des fortunes dépensées pour adopter des noms incompréhensibles.

La pauvreté affecte-t-elle vraiment le cerveau des enfants?

Et Cætera

La pauvreté affecte-t-elle vraiment le cerveau des enfants?

C'est ce qu'une expérience de grande ampleur cherche à découvrir.