Pas de troupes, mais des yeux. | Genya Savilov / AFP
Pas de troupes, mais des yeux. | Genya Savilov / AFP

Comment les États-Unis abreuvent l'Ukraine d'informations secrètes et vitales

Une troisième guerre mondiale, mais en coulisse.

Les États-Unis, dont les avions et drones espions font des ronds permanents au-dessus des pays voisins de l'Ukraine depuis le début du conflit, et dont les satellites militaires comme commerciaux sont des sources permanentes d'informations stratégiques et tactiques vitales, partagent massivement ces dernières avec les forces ukrainiennes, comme le confirme un article de NBC News.

C'est, est-il expliqué par des officiels américains, la première fois que de telles données sont fournies aussi massivement et en continu à un pays non membre de l'OTAN en guerre. C'est en outre, ajoutent-ils, l'une des explications des succès militaires ukrainiens face à une Russie qui, sur le papier du moins, est entrée dans la guerre bien plus puissante et mieux armée.

C'est également pour l'Ouest, en sus des livraisons en continu, en nombre et en urgence d'armes et de matériels lourds ou de l'entraînement de troupes ukrainiennes, une manière détournée d'entrer concrètement dans un conflit dont il n'est pourtant officiellement pas partie prenante –pas de combattants sur le terrain, mais des yeux partout.

«Nous fournissons régulièrement des informations détaillées et datées aux Ukrainiens sur l'état du champ de bataille pour les aider à défendre leur pays contre l'agression russe, et nous allons continuer à le faire», a ainsi exposé un officiel du Pentagone à Business Insider.

«Depuis le début, nous avons assez lourdement penché en faveur du partage d'informations stratégiques et pratiques avec l'Ukraine, a déclaré un officiel américain à NBC. Cela a eu un impact à des niveaux stratégiques et tactiques. Il existe des cas dans lesquels on peut clairement raconter la manière dont ça a fait une énorme différence.»

Quelques exemples sont ainsi livrés dans l'article de NBC. Entre autres, les coordonnées des cibles visées par des missiles et de l'artillerie russes ont été transmises aux armées ukrainiennes avant qu'elles ne puissent se mettre en branle, leur permettant d'abriter hommes et matériel avant que ne tombe cette pluie de feu.

«Les Russes ont littéralement bombardé des cratères vides à des endroits où se trouvaient auparavant des défenses antiaériennes ukrainiennes, raconte un officiel à NBC. Cela a eu un impact énorme sur les capacités de la Russie sur le terrain», ajoute-t-il, sans doute soucieux de rendre à César ce qui appartient à César.

Secret stories

Jour après jour, ce sont ainsi ces informations transmises en temps réel qui permettent aux Ukrainiens de déplacer leurs défenses antiaériennes comme les aéronefs qui leur restent afin, comme l'a affirmé le ministère britannique de la Défense, de conserver une relative mainmise sur l'ensemble des cieux du pays.

Mais le partage d'informations ne sert pas qu'à des manœuvres défensives. Comme le rapporte NBC, l'intelligence fournie par les États-Unis et sans doute leurs alliés au sein des Five Eyes a également permis aux forces ukrainiennes, au tout début du conflit, d'abattre un avion russe de transport de troupes et de matériel se dirigeant vers l'aéroport d'Hostomel, près de Kiev, dont le pays cherchait à s'emparer.

Nul ne sait combien de militaires ni quels types de matériel étaient transportés dans l'aéronef, mais leur perte a été un coup dur porté aux plans initiaux de la Russie. Privée de ces troupes et de ces armes, elle a dû abandonner le très stratégique aéroport après une contre-attaque ukrainienne.

La CIA et ses propres moyens sont également employés, notamment pour défendre la vie du président ukrainien Volodymyr Zelensky, cible de nombreuses tentatives d'assassinat de la part des Russes.

Les officiels américains, qui font remarquer que ces partages datent de bien avant l'invasion du 24 février par la Russie, notent que les informations communiquées par les États-Unis ne sont pas les seules à faire la différence. Ils expliquent être surpris par l'intelligence avec laquelle l'Ukraine, qui dispose de ses propres moyens ainsi que de quantité d'informations disponibles dans le domaine public, en fait usage.

En face, la Russie ne cesse d'agiter le spectre d'une troisième guerre mondiale, qui serait sur le point d'exploser. Mais derrière les rideaux, avec ces armes et ces informations, n'est-elle pas déjà en cours?

En ce moment

🔫 De l'importance des gros canons 💣 Le coup d'État contre Poutine 🐦 Elon Musk qui plombe Twitter: l'hebdo de korii.

Et Cætera

🔫 De l'importance des gros canons 💣 Le coup d'État contre Poutine 🐦 Elon Musk qui plombe Twitter: l'hebdo de korii.

Dix (courts) articles pour voir le monde d'un autre œil et chasser l'ennui de votre dimanche.

🔥 Et si l'Ukraine envahissait la Russie? ⚡ Les douteux lasers russes anti-drones 🏃 La course à l'exaflop, hier sur korii.

Et Cætera

🔥 Et si l'Ukraine envahissait la Russie? ⚡ Les douteux lasers russes anti-drones 🏃 La course à l'exaflop, hier sur korii.

Quatre articles pour comprendre le monde autrement.

Supercalculateurs: les États-Unis courent derrière une Chine triomphante

Tech

Supercalculateurs: les États-Unis courent derrière une Chine triomphante

Géopolitique et concours de bits.