Tout change, et tout va changer. | Алекс Арцибашев via Unsplash
Tout change, et tout va changer. | Алекс Арцибашев via Unsplash

Comment l'intelligence artificielle redéfinit l'informatique telle que nous la connaissons

La bon vieux boîtier bourré de microprocesseurs est devenu has been.

L'avènement de l'ordinateur personnel et d'internet au XXe siècle a bouleversé notre vie quotidienne. Aujourd'hui nous avons accès à l'information n'importe où et n'importe quand et nombre de nos tâches sont désormais automatisées.

Depuis quelques années, une autre révolution plus silencieuse s'est immiscée discrètement dans notre quotidien. Elle pourrait bien transformer entièrement l'informatique telle que nous la connaissons, relève le site Technology Review: c'est l'intelligence artificielle (IA).

Depuis quarante ou cinquante ans, l'ordinateur est devenu plus compact et plus rapide, mais il s'agit grosso modo d'une boîte chargée de microprocesseurs exécutant des instructions programmées par des humains.

À présent, l'intelligence artificielle redéfinit l'informatique sur trois fronts différents: comment les ordinateurs sont fabriqués, comment ils sont programmés, comment ils sont utilisés. Et ce à quoi ils servent.

Le premier changement concerne la conception. Pendant des décennies, les progrès de l'informatique ont suivi la loi de Moore, avec un doublement du nombre de transistors sur une puce tous les deux ans. L'IA nécessite une approche différente: elle requiert un très grand nombre de calculs qui s'effectuent en simultané.

«Cela signifie qu'un nouveau type de puce est nécessaire», met en avant Technology Review. Les fabricants comme Intel ou Nvidia proposent désormais des puces spécialement dédiées à l'IA appelées TPU (Tensor Processing Unit), conçues pour des calculs ultrarapides, mais moins précis, comme ceux qu'utilisent les réseaux neuronaux.

Nouvelles règles

Deuxième changement: la programmation. «Depuis quarante ans, nous programmons les ordinateurs. Dans les quarante années à venir, nous les formerons», avance Chris Bishop, responsable de Microsoft Research au Royaume-Uni. Plus besoin d'écrire des règles: le réseau neuronal les apprend par lui-même en se fiant aux exemples fournis.

Développé par la société OpenAI, le système GPT-3 est capable d'apprendre tout seul une langue, de rédiger des articles d'actualité, de coder des programmes informatiques ou d'inventer un morceau de musique entièrement nouveau.

La troisième révolution, enfin, concerne l'utilisation des terminaux. «Aujourd'hui, les machines n'ont plus besoin d'un clavier ou d'une souris pour interagir avec nous», met en avant Technology Review. En fait, n'importe quel objet du quotidien (réfrigérateur, aspirateur, sonnette, brosse à dents…) peut devenir «intelligent».

Des objets capables de deviner nos envies avant même qu'on ne les formule et de communiquer entre eux. «Quand j'étais enfant, ma scène préférée était celle du film L'apprenti Sorcier, quand Mickey demande à un balai de l'aider à ranger, raconte Daniela Rus, directrice du MIT CSAIL. Nous n'auront bientôt plus besoin de magie pour que ça devienne réalité.» L'ordinateur est sorti de sa boîte pour se transformer en balai.

En ce moment

Le patron de l'Agence spatiale européenne entre en guerre contre Elon Musk

Tech

Le patron de l'Agence spatiale européenne entre en guerre contre Elon Musk

L'Europe ne doit pas laisser le milliardaire faire de l'espace son Far West personnel.

L'engouement pour la fusion nucléaire va-t-il enfin payer?

Tech

L'engouement pour la fusion nucléaire va-t-il enfin payer?

Les capitaux affluent, mais la promesse pourrait être un peu trop belle.

Rafale: comment l'avion «invendable» engrange désormais les succès

Tech

Rafale: comment l'avion «invendable» engrange désormais les succès

Le fleuron de l'armée française a longtemps enchaîné les déboires à l'export.