Les princes William et Harry à l'ouverture du Greenhouse Sports Centre à Londres, en avril 2018. | Toby Melville / AFP

Les princes William et Harry à l'ouverture du Greenhouse Sports Centre à Londres, en avril 2018. | Toby Melville / AFP

Instagram reste un mystère, les couples royaux le prouvent

Depuis le scandale Cambridge Analytica, les arcanes du réseau social sont devenus plus opaques.

Le compte Instagram @kensingtonroyal a été créé en 2015. Il représentait alors Kate Middleton et les princes William et Harry. En 2018, lorsque Harry s'est marié avec Meghan Markle, un nouveau compte @sussexroyal a été créé pour le couple.

Ce compte a un temps détenu le record du million d'abonné·es obtenu le plus rapidement (cinq heures et quarante-cinq minutes). Son nombre d'abonnements a ensuite connu une croissance exponentielle, rattrapant rapidement @kensingtonroyal.

Le dépassement semblait inévitable, Harry et Meghan écrasant William et Kate, que ce soit en popularité ou en intérêt (83% des recherches Google de l'époque sur les deux couples concernaient les Sussex).

Seulement, ce dépassement n'a jamais eu lieu. Ni la naissance de leur premier enfant, ni l'abandon de leur rôle officiel dans la famille royale n'est parvenu à détrôner le compte créé en 2015. Assez pour faire naître de nombreuses rumeurs chez les addicts aux péripéties royales.

Et si Kate et William, ou du moins leur équipe chargée des réseaux sociaux, gonflait artificiellement leur popularité pour ne pas être devancés par Harry et Meghan? Surtout que les personnes qui achètent de faux followers sont plus malignes qu'il y a quelques années. Le challenge est de le faire de façon mathématiquement intraçable: des petites quantités étalées sur le long terme.

Données opaques et manipulations

Seulement, le mystère ne sera probablement jamais résolu. En 2018, TechCrunch rapportait que Facebook, alors en plein scandale Cambridge Analytica, avait restreint la quantité de données disponibles pour les développeurs et les développeuses. Résultat: plus d'intimité pour les utilisateurs et les utilisatrices, mais moins d'informations pour les spécialistes des réseaux sociaux.

En ce moment, les algorithmes qui président aux destinées de ces plateformes fonctionnent «comme une boîte noire», explique Alex Taub, le fondateur de l'entreprise d'analyse SocialRank. «Du jour au lendemain, presque tous les outils d'analyse sont morts. Il est difficile de savoir qui suit qui, à part en allant fouiller les comptes un par un.»

Des données mieux protégées sont certainement une bonne chose pour monsieur et madame Tout-le-Monde, et les futiles guerres d'ego entre têtes couronnées. Seulement, elles sont loin d'être le problème principal.

Car savoir qui suit qui et qui fait quoi est aussi une fonctionnalité importante pour comprendre comment les grandes entreprises ou chef·fes d'États manipulent les réseaux sociaux à leur profit.

«C'est frustrant d'avoir aussi peu d'accès aux données», estime Samuel Wooley, professeur à l'Université du Texas. «Surtout lorsque les réseaux sociaux, principalement Twitter, sont le mode de communication préféré des politiciens.»

En ce moment

L'impossible retraite à 40 ans, la guerre des masques, des robots biologiques, une journée sur korii.

Et Cætera

L'impossible retraite à 40 ans, la guerre des masques, des robots biologiques, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'hui.

À la rencontre des «xenobots», les premiers robots biologiques au monde

Tech

À la rencontre des «xenobots», les premiers robots biologiques au monde

Entre machines programmées et organismes vivants, ces choses d'un genre nouveau ouvrent des portes sur le futur.

La retraite avant 40 ans: quand le rêve vire au cauchemar

Biz

La retraite avant 40 ans: quand le rêve vire au cauchemar

Les adeptes du mouvement FIRE ont investi jeunes pour arrêter de travailler tôt. Sans voir la crise venir.