FWB, l'une des DAO les plus populaires du moment, est fondée sur la blockchain Ethereum. | Jeremy Bezanger via Unsplash
FWB, l'une des DAO les plus populaires du moment, est fondée sur la blockchain Ethereum. | Jeremy Bezanger via Unsplash

Les «decentralized autonomous organizations» (DAO) sont-elles le futur du web et de l'économie?

Avenir du net ou pyramide de Ponzi, les DAO excitent la investisseurs et attirent des fortunes.

Andreessen Horowitz est l'un des fonds de capital-risque les plus importants de la Silicon Valley. En septembre, il a investi 5 millions de dollars (4,6 millions d'euros) dans un serveur Discord. Baptisé Friends With Benefits (FWB), ce salon de discussion vaut désormais 100 millions de dollars. Il est aussi l'une des «decentralized autonomous organizations» DAO les plus en vue du moment.

Les DAO, ou organisations autonomes décentralisées, sont une tendance montante parmi les enthousiastes de la blockchain. Concrètement, les DAO sont des salons de discussions qui fonctionnent comme des entreprises sans PDG.

Chaque membre doit acheter (en cryptomonnaies) un jeton d'identification (token) dont l'authenticité est vérifiée par la blockchain. Ils deviennent par la même occasion actionnaires de l'organisation et peuvent ainsi voter et prendre part aux décisions du groupe.

Les participants peuvent acheter plusieurs de ces tokens ou en gagner en participant au fonctionnement de la DAO. Comme lors d'un conseil d'administration, le nombre de tokens détermine le poids dans les décisions collectives. Tout ce fonctionnement est garanti par des règles inscrites dans la blockchain.

Souvent, les DAO sont liées à un fonds d'investissement alimenté par l'achat des tokens et géré collectivement par les membres de l'organisation.

Mais, pour les partisans les plus enthousiastes de ce mode de fonctionnement, les DAO sont bien plus qu'une conversation de groupe accolé à un compte en banque: elles constituent le socle sur lequel sera construit le web 3.0, un nouvel internet fondé sur des plateformes dont les utilisateurs seront les propriétaires, et qu'ils géreront de manière démocratique.

Crypto-utopie ou arnaque pyramidale?

Cette vision n'est pas partagée par tout le monde. Au-delà de la nature très gourmande en énergie de la plupart des cryptos, les détracteurs rappellent que pour fonctionner, les DAO n'ont pas besoin de faire quoi que ce soit. Il leur suffit d'être populaires, ou que suffisamment de personnes pensent pouvoir devenir riche en y participant.

Pour reprendre l'exemple de Friends With Benefits, si l'organisation assure dans son manifeste qu'elle «catalyse le changement» et «façonne le futur», les bénéfices concrets dont peuvent profiter ses membres se résument à un serveur Discord, à une newsletter et à quelques événements organisés à Miami. Tout cela nécessite de posséder 75 «FWB tokens», ce qui à l'heure de la rédaction de cet article représente un coût de 8.416 euros.

Comme n'importe quelle crypto, les jetons de DAO peuvent être revendus et leur prix fluctue en fonction de leur popularité. Ce sont donc aussi d'excellents véhicules pour la spéculation.

Autrement dit, comme dans une pyramide de Ponzi, les premiers investisseurs d'une DAO ont de bonnes chances de gagner beaucoup d'argent si l'organisation prend. Mais, si elle s'écroule une fois la hype passée, les derniers arrivés peuvent perdre gros.

D'autant que, comme pour les NFT (les passionnés de l'un sont souvent intéressés par l'autre), certaines DAO ont déjà servi à monter des arnaques juteuses.

En ce moment

Le patron de l'Agence spatiale européenne entre en guerre contre Elon Musk

Tech

Le patron de l'Agence spatiale européenne entre en guerre contre Elon Musk

L'Europe ne doit pas laisser le milliardaire faire de l'espace son Far West personnel.

L'engouement pour la fusion nucléaire va-t-il enfin payer?

Tech

L'engouement pour la fusion nucléaire va-t-il enfin payer?

Les capitaux affluent, mais la promesse pourrait être un peu trop belle.

Rafale: comment l'avion «invendable» engrange désormais les succès

Tech

Rafale: comment l'avion «invendable» engrange désormais les succès

Le fleuron de l'armée française a longtemps enchaîné les déboires à l'export.