Grâce à l'entraînement des soldats ukrainiens, les armes non guidées par radar sont de plus en plus efficaces. | Dpsu.gov.ua, CC BY 4.0, via Wikimedia Commons
Grâce à l'entraînement des soldats ukrainiens, les armes non guidées par radar sont de plus en plus efficaces. | Dpsu.gov.ua, CC BY 4.0, via Wikimedia Commons

Comment l'Ukraine s'adapte pour combattre les drones russes

Grâce à des armes à courte portée et à des applications mobiles, les engins de Moscou sont mis à mal.

Dans la guerre en Ukraine, le conflit se joue aussi dans les airs par le biais de drones. Et dans ce domaine, la Russie excelle, notamment grâce aux engins kamikazes achetés à l'Iran, les Shahed-136. À force de lutter contre ces derniers, envoyés en masse contre ses infrastructures et ses hommes, Kiev épuise progressivement ses ressources en matière de défense antiaérienne. Mais ces combats ont aussi permis au pays de Volodymyr Zelensky de développer des tactiques efficaces, note Insider.

Désormais, les troupes de Moscou doivent donc s'adapter. Justin Bronk, expert en combats aériens au sein du Royal United Services Institute for Defence and Security Studies, un cercle de réflexion britannique, et invité du podcast Geopolitics Decanted, explique que les interceptions ukrainiennes sont devenues «suffisamment bonnes pour que la Russie décide d'économiser ses armes iraniennes jusqu'à ce qu'elle en ait [acquis] de grandes quantités». Ainsi, les Shahed-136 sont dorénavant tirés avec une minutie toute particulière.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter quotidienne de korii. et ne ratez aucun article.

Je m'abonne

Des armes «efficaces»

Ce sont les équipes mobiles ukrainiennes de défense antiaérienne, équipées d'armes à courte portée, qui ont poussé Moscou à changer de tactique. Pour abattre les drones, elles utilisent notamment des équipements développés dans les années 1960 comme le canon soviétique ZSU-23-4 Shilka, ou le blindé Flakpanzer Gepard allemand. Le lance-missiles sol-air américain Stinger et la mitrailleuse lourde soviétique DSHK sont aussi mis à contribution.

«Même des personnes équipées de DSHK se débrouillent de mieux en mieux, car elles ont pu beaucoup s'entraîner. Lorsque vous apprenez à viser, les armes non guidées par radar peuvent être plutôt efficaces», affirme Justin Bronk. Et les civils ukrainiens participent eux aussi à l'effort. «Il y a des applications mobiles sur lesquelles les gens ordinaires peuvent signaler les UAV, missiles ou avions [ennemis]», relève l'expert.

Dans le but de dessiner les contours du réseau de défense antiaérienne de Kiev, l'armée de Vladimir Poutine s'est adaptée en envoyant quelques drones en reconnaissance, pour déterminer où ces derniers sont abattus. Et quand elle réussit à trouver les emplacements des armes ukrainiennes de défense, la Russie change la trajectoire de l'attaque principale pour essayer de les éviter.

Des drones qui volent trop haut

La défense ukrainienne a beau donner du fil à retordre aux troupes de Moscou, elle n'est cependant pas au bout de ses peines: parmi les aéronefs utilisés par les Russes se trouve le drone de reconnaissance Orlan-10. L'engin vole à des altitudes comprises entre 1.500 et 5.000 mètres, ce qui lui permet d'échapper aux armes à courte portée. «Pour les abattre, l'Ukraine doit utiliser des missiles sol-air guidés par radar, comme les systèmes OSA ou Buk», souligne Justin Bronk. Une solution coûteuse en munitions.

Or, Kiev essaie justement d'économiser ses réserves antiaériennes. Dans des documents du Pentagone ayant fuité en mars 2023, on peut lire que le stock de missiles ukrainiens s'épuise, notamment en ce qui concerne les systèmes sol-air, aussi utilisés pour abattre les avions russes. L'armée de Volodymyr Zelensky devra continuer à s'adapter.

En ce moment

Comment le Groupe Wagner cherche à recruter sur les réseaux sociaux

Et Cætera

Comment le Groupe Wagner cherche à recruter sur les réseaux sociaux

En français, en espagnol, ou encore en vietnamien, la milice veut ratisser large.

SafetyWing, la start-up dans laquelle tout le monde gagne le même salaire

Biz

SafetyWing, la start-up dans laquelle tout le monde gagne le même salaire

Qui que vous soyez, où que vous viviez.

Pour garder le contrôle d'un drone, une IA pourrait «tuer» son opérateur

Tech

Pour garder le contrôle d'un drone, une IA pourrait «tuer» son opérateur

Pas très rassurant.