Ce gros engin ne sera qu'un nain si les États-Unis réussissent à produire leur nouveau «canon stratégique». | Sam Yeh / AFP
Ce gros engin ne sera qu'un nain si les États-Unis réussissent à produire leur nouveau «canon stratégique». | Sam Yeh / AFP

L'armée américaine travaille sur un «canon stratégique» d'une portée de 1.852 kilomètres

C'est trente fois plus que les meilleurs d'aujourd'hui, et ça change tout.

Un «canon stratégique» d'une portée théorique de 1.000 miles nautiques, soit environ 1.852 kilomètres: l'arme aurait légitimement de quoi effrayer les défenses du monde entier. Elle est, rapporte Ars Technica, ce sur quoi planche un groupe d'ingénieur·es américain·es, pour des forces armées souhaitant réaliser un premier test dès 2023.

La haute technologie militaire ne passe donc pas forcément par les airs, les vecteurs aéroportés, drones et missiles, et un tel canon pourrait avoir de profondes répercussions sur l'art de la guerre.

Patron de l'US Army Futures Command, chargé d'imaginer l'avenir technique des armées, le général John Murray expliquait en septembre 2018 devant un panel d'élu·es américain·es que l'allongement de la portée de l'artillerie était l'une des priorités de ses troupes. Le Howitzer de 155 mm a déjà doublé la distance que peuvent parcourir ses obus, la faisant passer à 70 kilomètres, rapportait alors le haut gradé.

Qui, en plus de missiles supersoniques également en développement, mentionnait par la même occasion un «Strategic Long Range Cannon» dont la portée serait équivalente à la distance séparant Paris de Malte.

Mortelle concurrence

Rien n'est encore fait sur le plan technique: les bureaux d'études de l'armée américaine examinent la faisabilité du concept, ainsi que le coût d'une telle arme ou de chacune de ses munitions –facteur risquant de rendre une technologie inutilisable en pratique.

Un an après les déclarations liminaires du général John Murray, l'homme responsable de ce programme spécifique a affirmé que de premiers obstacles technologiques seraient sans doute dépassés lors de tests prévus dans ces prochaines semaines.

Ars Technica ajoute que la pression est forte pour que le projet aboutisse. Ce canon serait capable de pénétrer au cœur des défenses d'un pays ennemi disposant de défenses antiaériennes très développées. Au hasard la Chine, dont les installations dans la très disputée mer de Chine méridionale semblent, pour l'instant, difficiles à briser sans de lourdes pertes humaines et matérielles.

Dans cette course aux nouveaux armements, les rivaux géopolitiques des États-Unis ne restent pas les bras ballants. Russes ou Chinois, pour ne citer qu'eux, possèdent notamment des programmes de missiles hypersoniques et de canons électromagnétiques, en avance sur ceux des Américains.

En ce moment

Aux États-Unis, les 1% les plus riches possèdent presque autant que les classes moyennes

Biz

Aux États-Unis, les 1% les plus riches possèdent presque autant que les classes moyennes

Plus on est ultra-riche, plus on est ultra-riche.

Les Japonaises interdites de lunettes, xHamster mieux que Facebook, sécuriser son iPhone, aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Les Japonaises interdites de lunettes, xHamster mieux que Facebook, sécuriser son iPhone, aujourd'hui sur korii.

Le récap' du jour.

Google aspire les données médicales de millions de personnes à leur insu

Et Cætera

Google aspire les données médicales de millions de personnes à leur insu

Dans le cadre du «Projet Nightingale», des hôpitaux lui transmettent leurs données sans en informer les patient·es.