Selon votre couleur de peau, vous n'aurez pas la même expérience avant d'embarquer. | Belinda Fewings via Unsplash
Selon votre couleur de peau, vous n'aurez pas la même expérience avant d'embarquer. | Belinda Fewings via Unsplash

Les portiques d’aéroport discriminent les passagères racisées

Les biais raciaux et de genre sont nombreux dans les nouvelles technologies, trop souvent conçues par et pour des hommes blancs.

Si vous avez déjà pris l’avion, vous connaissez peut-être la sensation désagréable de devoir subir une fouille devant des dizaines de quidams, sur ordre des agent·es des douanes.

Depuis des années, les femmes noires se plaignent d’être particulièrement visées par ces contrôles. Pour ajouter de l'humiliation à l’humiliation, les fouilles sont souvent accompagnées de palpations de leur chevelure, alors que la stigmatisation des cheveux crépus est un enjeu tout sauf anodin.

Selon des membres de la TSA, l'agence américaine de sécurité dans les transports, les scanners sont en partie en cause: les portiques sont conçus avec des individus blancs en tête, et ont tendance à sonner quand quelqu'un a les cheveux crépus.

Interrogé par ProPublica, un agent Texan affirme: «Les alarmes des scanners sonnent plus souvent pour les femmes noires parce qu’elles ont des cheveux plus épais. Elles arborent souvent des dreadlocks ou des tresses.» Et lorsque l’alarme retentit, les agents sont forcés d’effectuer une fouille au corps et de tâter la tête.

La TSA a indiqué à ProPublica qu’elle étudiait d’autre moyens pour scanner les cheveux, mais réfute toute accusation de profilage racial. Les autres personnes régulièrement touchées sont celles portant un turban ou un voile.

Un problème loin d'être isolé

En 2017, un tweet avait déjà fait le tour de la toile, qui montrait un distributeur automatique de savon dont le capteur ne détectait pas les mains à la complexion trop sombre.

En apparence anecdotique, la vidéo illustrait les effets concrets du manque de diversité dans l’industrie des nouvelles technologies qui, dominée comme bien d’autres par les hommes blancs, oublie de prendre en compte les personnes racisées.

«Si vous avez du mal à comprendre l'importance de la diversité dans la tech et son impact sur la société, regardez cette vidéo»

Le problème s’étend à de nombreux domaines de la tech, des voitures autonomes qui ont plus de risques de renverser des personnes noires à la reconnaissance faciale, plus efficace sur les hommes blancs que sur le reste de la population –un système que les États-Unis souhaitent d’ailleurs déployer dans les aéroports.

En ce moment

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Et Cætera

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Avant de fusionner avec les machines il importe de bien (re)définir ce qui relève de l'être humain.

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Et Cætera

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Cantonné à eBay jusqu'à son interdiction, l'achat-vente de squelettes décorés se réfugie dans le flou juridique du réseau social.

La big data en santé, une mine d'or de 12 milliards d'euros pour la Grande-Bretagne

Biz

La big data en santé, une mine d'or de 12 milliards d'euros pour la Grande-Bretagne

La NHS est assise sur un trésor convoité par l'industrie pharmaceutique.