Le Palais des congrès de Montréal pourrait gagner 18 kW d'électricité en se convertissant aux panneaux du lauréat. | Palais des congrès de Montréal
Le Palais des congrès de Montréal pourrait gagner 18 kW d'électricité en se convertissant aux panneaux du lauréat. | Palais des congrès de Montréal

Des panneaux solaires à base d'épluchures de fruits et légumes

Un jeune Philippin a remporté un Dyson Award pour son ingénieux panneau solaire fonctionnant... sans soleil.

Les déchets de fruits et légumes font désormais l'objet de toutes les convoitises, même technologiques. Un étudiant de l'Université de Mapúa, aux Philippines, s'est ainsi lancé un défi révolutionnaire: transformer ces déchets alimentaires en panneau solaire d'un nouveau genre, si nouveau qu'il fonctionne même en l'absence de soleil.

Son ingénieuse idée vient de remporter le prix Développement durable du James Dyson Award 2020, un concours de design récompensant les meilleures inventions d'étudiant·es ou de jeunes diplômé·es.

Âgé de 27 ans, Carvey Ehren Maigue a mis au point un matériau baptisé AuREUS qui permet d'emmagasiner de la lumière ultraviolette et de la convertir en électricité, «ce que ne permettent pas les panneaux solaires traditionnels», souligne-t-il.

Aurores boréales

Pour son invention, il s'est inspiré du principe des aurores boréales, où les particules de haute énergie sont absorbées dans l'atmosphère qui les renvoie sous forme de bioluminescence.

Ici, les molécules organiques suspendues dans un substrat de résine absorbent et réémettent de la lumière visible lorsqu'elles sont frappées par les rayons UV. Cette lumière visible est alors récupérée par des cellules solaires placées le long des bords du panneau, qui vont la convertir à leur tour en électricité continue.

Des convertisseurs se chargent ensuite de réguler la tension de sortie pour permettre la charge de batteries, le stockage ou l'utilisation directe d'énergie.

«J'avais d'abord tenté de mettre au point un matériau capable de récupérer directement l'énergie UV, mais je n'y suis pas parvenu», témoigne l'entrepreneur sur le site du James Dyson Award. D'où l'idée de passer par l'intermédiaire de la lumière visible.

«En remplaçant les vitres traditionnelles des bâtiments par ces panneaux solaires, on pourrait transformer les immeubles en fermes solaires verticales géantes», suggère l'étudiant.

Flexibles et biodégradables, ces nouveau panneaux pourraient aussi intégrer nos vêtements, nos voitures ou nos maisons. L'objectif est également d'aider les agriculteurs locaux.

«Avec AuREUS, il sera par exemple possible de recycler les récoltes détériorées par les catastrophes naturelles comme les typhons, de plus en plus fréquents en raison du changement climatique, soutient Carvey Ehren Maigue. Nous devons apprendre à utiliser davantage les ressources dont on dispose déjà sans les épuiser.»

En ce moment

Le streaming, ennemi numéro 1 du portefeuille des stars hollywoodiennes

Biz

Le streaming, ennemi numéro 1 du portefeuille des stars hollywoodiennes

Adieu, intéressements aux bénéfices astronomiques.

L'éolienne à hydrogène qui pourrait tout changer

Tech

L'éolienne à hydrogène qui pourrait tout changer

La réponse au problème du stockage de l'électricité et de l'énergie intermittente?

Des «licences obligatoires» contre la pénurie de vaccins

Biz

Des «licences obligatoires» contre la pénurie de vaccins

Pour accélérer la production, certains pays cherchent à lever temporairement le monopole des créateurs de vaccins.