Quelques lignes de code en moins, c'est parfois beaucoup d'énergie économisée. | Safar Safarov via Unsplash
Quelques lignes de code en moins, c'est parfois beaucoup d'énergie économisée. | Safar Safarov via Unsplash

Pour sauver le climat, le développement logiciel aussi doit être durable

Un peu de sobriété et d'efficacité dans la programmation peut faire une grande différence environnementale.

La part du numérique dans la pollution et sa responsabilité dans le changement climatique s'accroissent à une vitesse inquiétante: un rapport d'information publié par le Sénat le 24 juin indique que le secteur représentait 3,7% des émissions totales de gaz à effet de serre en 2018, un chiffre qui pourrait faire un bond de +60% d'ici à 2040 si rien ne change.

Heureusement, des développeurs écolos sont décidés à changer les choses et souhaitent imposer une nouvelle tendance: coder vert.

C'est le cas de Danny van Kooten, un programmeur danois à l'origine d'une extension WordPress très populaire, qui une fois installée sur un site permet aux internautes de s'inscrire en quelques clics aux newsletters distribuées par MailChimp.

Si son plug-in ne compte que quelques milliers de lignes de code, van Kooten a tenu à prendre deux heures de son temps pour réduire son script et le rendre plus efficace.

Le développeur est parvenu à lui faire envoyer 20 kilooctets de données en moins à chaque usage: une quantité qui semble à première vue minime mais qui, rapportée aux deux millions de sites qui utilisent l'extension, fait économiser 59.000 kilos d'émissions de CO2 tous les mois –l'équivalent de quatre-vingt-cinq vols aller-retour entre New York et Amsterdam, calcule Wired.

L'expérience de van Kooten a inspiré d'autres développeurs, qui se sont lancés dans la conception de logiciels dits «durables» et tentent de réduire au maximum la facture écologique de leur travail, en prenant en compte le coût écologique de chaque clic ou mouvement du doigt.

Publicité énergivore

Le confort de navigation profite aussi de cette sobriété: un code plus léger signifie souvent un chargement de page plus rapide. Les traqueurs publicitaires, notamment, handicapent de nombreux sites web. «Ils envoient des signaux aux serveurs en permanence, ce qui n'est pas très efficace», souligne Tim Frick, le fondateur de Mightybytes, une agence spécialisée dans l'impact social et environnemental du numérique.

Lorsque les régulations imposées par le règlement général sur la protection des données (RGPD) ont contraint les entreprises américaines à retirer une partie de leurs traqueurs pour les internautes de l'UE, le site USA Today a fait appel à son entreprise. Depuis, la page d'accueil du site a perdu 90% de sa taille et charge quinze fois plus vite, assure Frick.

Réduire l'empreinte carbone du web n'incombe pas seulement aux développeurs. Le fournisseur d'électricité verte Ovo s'est penché sur l'usage des e-mails au Royaume-Uni et a montré que si chaque adulte britannique envoyait un message de remerciements de moins par jour, les émissions annuelles de carbone du pays seraient réduites de 16 tonnes.

S'ils étaient repris par l'intégralité du secteur professionnel du numérique comme par les internautes, ces petits gestes pourraient en s'accumulant faire une réelle différence.

En ce moment

Un PowerPoint qui tue, la fusée géante de la NASA, l'astuce pour tromper les GAFAM, l'hebdo de korii.

Et Cætera

Un PowerPoint qui tue, la fusée géante de la NASA, l'astuce pour tromper les GAFAM, l'hebdo de korii.

Les dix meilleurs articles de la semaine, pour un dimanche sans une trace d'ennui.

Un polymère transforme vos déchets électroniques en or

Tech

Un polymère transforme vos déchets électroniques en or

Vos vieux ordis ou smartphones contiennent des trésors qui peuvent être extraits grâce à la chimie.

Grâce à ses batteries, le nouveau TGV japonais résiste aux séismes

Tech

Grâce à ses batteries, le nouveau TGV japonais résiste aux séismes

Le Shinkansen N700S -avec un «S» pour «suprême»- peut se déplacer même en cas de coupure de courant.