Refroidir, c'est bien, mais réchauffer, c'est mieux. | Christian Wiediger via Unsplash
Refroidir, c'est bien, mais réchauffer, c'est mieux. | Christian Wiediger via Unsplash

Cet hiver, chauffez-vous au Bitcoin ou au jeu vidéo

Coup double: gagnez de l'argent ou jouez tout en réduisant votre facture de chauffage.

Chaque hiver, vous surveillez avec anxiété les températures négatives faisant grimper la facture de chauffage. Dan van der Ster (qui comme son nom ne l'indique pas est un ingénieur vivant en France) rencontre lui un autre problème: il fait trop chaud dans son appartement.

Et ce, bien qu'il ait drastiquement baissé son chauffage au gaz. L'explication? Le quarantenaire utilise activement son ordinateur pour miner de la cryptomonnaie et jouer à des jeux vidéo avec son fils.

Dan van der Ster n'est pas le seul à se chauffer au Bitcoin. Avec le confinement, de plus en plus de mineurs profitent de la chaleur dégagée par leur activité pour éteindre leurs radiateurs ou la recycler pour d'autres usages.

Le Wall Street Journal raconte ainsi le cas d'un photographe ayant aménagé une mini-serre dans son garage entièrement chauffée grâce au minage. Il y cultive des tomates cerises et herbes aromatiques et envisage à présent de chauffer un patio dans son jardin pour y élever deux poules. Son souci: l'ordinateur chauffe tellement qu'il craint que les pauvres volailles ne crèvent de chaud.

La chaleur dégagée par l'ordinateur varie fortement en fonction du système de refroidissement et des tâches effectuées. Les jeux vidéo, le minage de Bitcoin ou les tâches nécessitant beaucoup de calculs ont à ce titre une fâcheuse tendance à faire surchauffer le matériel.

La plupart du temps, les gamers aguerris utilisent des PC munis de ventilateurs ultra puissants voire d'un système de refroidissement par eau (réservé aux initiés car on sait que eau et électronique ne font pas bon ménage).

«Crypto-radiateur»

Mais la chaleur dégagée constitue aussi une formidable opportunité quand on arrive à la récupérer. La start-up française Qarnot Computing a ainsi développé des «radiateurs numériques», qui utilisent la chaleur des data centers pour chauffer bureaux et appartements.

En 2018, la jeune pousse avait développé un «crypto-radiateur» nommé QC-1 possédant deux cartes graphiques pour à la fois chauffer une pièce et miner de la cryptomonnaie.

Selon la société, le procédé permet de dégager 1.200 euros de revenus par an (calculs basés sur le minage d'Ethereum) tout en supprimant la facture de chauffage (il faut quand même compter 300 à 400 euros de dépenses d'électricité par an).

Mêmes avantages chez les gamers. «Mon PC est bien mieux qu'un radiateur, car un radiateur ne permet pas de jouer aux jeux vidéos», plaisante ainsi Kyle Burger, un jeune habitant de Chicago. Du coup, pour rien au monde il n'échangerait son vieil ordinateur de huit ans d'âge pour un système muni d'un refroidissement plus efficace.

Sur YouTube, on peut même voir un petit malin s'amusant à faire cuire un œuf sur un ordinateur en plein travail. Une technique pourtant déconseillée par le YouTubeur en question… qui a fini par faire griller son PC en coupant son système de refroidissement.

En ce moment

Les nouveaux trains londoniens polluent plus que le trafic automobile

Tech

Les nouveaux trains londoniens polluent plus que le trafic automobile

Le rail n'est pas toujours aussi écologique qu'on ne le pense.

Un mouchard numérique diffuse des captures d'écran de votre smartphone en temps réel

Tech

Un mouchard numérique diffuse des captures d'écran de votre smartphone en temps réel

L'enfer des «stalkerwares», un cran plus loin.

Amazon milite pour la weed, une électrique capable de 7.000 km, la «magie» de la lévitation acoustique, une journée sur korii.

Et Cætera

Amazon milite pour la weed, une électrique capable de 7.000 km, la «magie» de la lévitation acoustique, une journée sur korii.

Le récap' du jour.