La création de réacteurs civils de taille réduite pourrait redonner un peu de lustre à l'énergie nucléaire. | Valsdas Miskinis via Pixabay
La création de réacteurs civils de taille réduite pourrait redonner un peu de lustre à l'énergie nucléaire. | Valsdas Miskinis via Pixabay

Mini-centrales nucléaires, maxi-espoirs

Plus petits, des réacteurs nouvelle génération pourraient révolutionner notre utilisation de l'énergie atomique.

Et si l'avenir des centrales nucléaires mondiales se jouait dans le laboratoire du campus de l'université d'État de l'Oregon, aux États-Unis? Là-bas, la start-up NuScale Power repense complètement le fonctionnement de ces centrales et pourrait proposer, dans les années à venir, un réacteur d'un tout nouveau genre.

D'environ 20 mètres de haut et 3 mètres de diamètre, l'équivalent de deux bus scolaires empilés bout à bout, le réacteur de NuScale est bien plus petit que ceux des centrales nucléaires d'aujourd'hui.

Malgré sa taille réduite, sa puissance est loin d'être ridicule: il peut générer jusqu'à 60 mégawatts, soit environ un dixième de l'énergie du plus petit réacteur actuel des États-Unis. Comme le relève Wired, il suffirait de quelques-uns de ces nouveaux réacteurs pour alimenter une grande ville.

Selon José Reyes, cofondateur et directeur technique de NuScale, les petits réacteurs modulaires de la start-up sont aussi plus sûrs. Ils bénéficient de plusieurs mécanismes de refroidissement et de sécurité dont ne disposent pas leurs grands frères –pas besoin donc d'un périmètre de surveillance étendu sur plusieurs kilomètres autour de la centrale.

Leur petite taille leur permet enfin d'être produits en série et expédiés à n'importe quel endroit du globe en une poignée de pièces. Il s'agit en somme d'une centrale nucléaire en kit, jugée plus fiable que ses homologues en service.

Compétitivité en question

Pour pouvoir lancer le premier réacteur commercialisable de ce type, NuScale attend le feu vert de la Commission de réglementation nucléaire (NRC). La société a pour le moment obtenu la permission de construire sa première usine de douze réacteurs au sein de l'Idaho National Lab, qui devrait être opérationnelle dès 2026.

Si ces petites centrales nucléaires seront peut-être les premières à arriver sur le marché, elles ne seront sans doute pas les dernières. Plusieurs autres projets sont en cours, notamment de micro-réacteurs, qui génèrent moins de 50 mégawatts d'électricité et seraient idéaux pour les zones à faibles besoins en énergie, comme les bases militaires éloignées ou les communautés isolées de l'Alaska.

Pour autant, rien ne garantit le succès de ces centrales. Steve Fetter, professeur de politiques publiques à l'université du Maryland, doute de leur compétitivité. Avec la baisse du prix des énergies renouvelables, en particulier de l'éolien et du solaire, ces réacteurs pourraient ne jamais trouver leur créneau.

Dans un contexte d'urgence climatique, la question de l'utilisation de l'énergie nucléaire issue de ces centrales reste également controversée. Si certains observateurs mettent en avant le fait qu'elles n'émettent que très peu de CO2, beaucoup pointent du doigt la dangerosité intrinsèque de l'atomique, la vulnérabilité au dérèglement climatique et la production de grandes quantités de déchets, dont la gestion reste hautement problématique.

En ce moment

La Chine cherche comment se débarrasser du Starlink d'Elon Musk en cas de conflit

Tech

La Chine cherche comment se débarrasser du Starlink d'Elon Musk en cas de conflit

Le guerre des étoiles? Vous n'avez encore rien vu.

Tesla est-elle sur le point de s'effondrer en Bourse?

Biz

Tesla est-elle sur le point de s'effondrer en Bourse?

La fin d'une confiance déraisonnable.

En Ukraine, la Russie s'en remet au T-62, un char vieux de soixante ans

Tech

En Ukraine, la Russie s'en remet au T-62, un char vieux de soixante ans

L'antique machin a été conçu en 1961.