Dans l'une des tours de refroidissement de la centrale de Chinon, en France | Guillaume Souvant / AFP
Dans l'une des tours de refroidissement de la centrale de Chinon, en France | Guillaume Souvant / AFP

Les sels fondus, une vieille idée pour l'avenir du nucléaire

Technologie ancienne mais sous-développée, elle est mise à profit par un nouveau réacteur prometteur.

La plupart des centrales nucléaires dans le monde sont équipées de réacteurs à eau légère, qui se servent de l'eau comme fluide caloporteur.

Ceux-ci ont éclipsé un autre modèle, expérimenté depuis les années 1960: le réacteur à sels fondus, qui n'utilise pas d'eau mais, comme leur nom l'indique, un sel fondu –par exemple, le fluorure de lithium ou le fluorure de béryllium.

Selon ses promoteurs, le réacteur à sels fondus présente de nombreux avantages et permettrait une énergie atomique verte: risque d'accident nucléaire réduit, production de déchets moins radioactifs, et capacité à recycler les déchets nucléaires plus dangereux.

La startup Elysium Technologies vient de développer une offre reposant sur cette technologie. Selon elle, il peut se décliner dans toutes les tailles, de 50 à 1.200 mégawatts, et permettrait comme prévu de recycler des déchets nucléaires durant la réaction.

«Parce que ce sera un réacteur rapide avec un combustible fondu, il pourra être alimenté par des déchets nucléaires et les brûler au fil du temps. Un réacteur rapide a un flux de neutrons non ralenti et n'a pas besoin de modérateur, comme l'eau des réacteurs à eau légère», explique Llewyn King de Forbes.

Nucléaire circulaire

En les introduisant dans le combustible, il est possible de diminuer considérablement la radioactivité des déchets nucléaires dangereux, et de récupérer à terme des déchets bien moins radioactifs.

«Ces produits de fission se désintègrent généralement à des niveaux naturels en 300 ans environ, contre plus de 10.000 ans pour les déchets de réacteurs à combustible solide conventionnels», explique Elysium sur son site internet.

La rapidité du réacteur est un atout, mais aussi source de difficultés pour les réacteurs à sels fondus. Elle engendre un bombardement de neutrons plus important, contre lequel la centrale doit être protégée. Elysium met en avant la sécurité des réacteurs à sels fondus.

«Un bouchon de congélation est une section de canalisation qui est activement refroidie pour produire et maintenir un bouchon de sel congelé. En cas de dépassement des limites de température ou de perte de courant électrique, le bouchon fond et le contenu du réacteur est vidangé vers des réservoirs réfrigérés, configurés pour un arrêt sûr», assure la firme.

En ce moment

Avec le Covid-19, le Black Friday est devenu un jour comme un autre

Biz

Avec le Covid-19, le Black Friday est devenu un jour comme un autre

Aux États-Unis, les promotions de fin novembre sont bien moins agitées que d'habitude.

Acheter une carte graphique dernière génération? Mission impossible!

Tech

Acheter une carte graphique dernière génération? Mission impossible!

Les magasins sont pris d'assaut à cause d'une pénurie.

La guerre des lobbies du «low carb»

Biz

La guerre des lobbies du «low carb»

Les partisans des régimes pauvres en glucides tentent d'influencer les normes nutritionnelles qui doivent être revues prochainement.