Il est temps d'en finir avec le charbon (même s'il offre de jolies images). | Noel Celis / AFP
Il est temps d'en finir avec le charbon (même s'il offre de jolies images). | Noel Celis / AFP

Des quantités considérables d'uranium découvertes en Chine

De quoi consolider l'indépendance du pays.

Une nouvelle aux conséquences majeures pour la sécurité du pays: comme le relate le South China Morning Post, c'est ainsi que la Compagnie nucléaire nationale chinoise décrit la découverte, dans les profondeurs du pays, de réserves considérables d'uranium.

La Chine pourrait avoir mis la main sur deux millions de tonnes d'uranium, soit dix fois plus que ses stocks actuels, la mettant sur un pied d'égalité avec son grand rival australien, l'une des nations les plus riches en combustible nucléaire.

Comme nombre de nations, en premier lieu desquelles la France, l'approvisionnement chinois en uranium dépend en grande partie de pays extérieurs (l'Australie justement, le Kazakhstan ou le Canada notamment). Un tiers environ de sa consommation du précieux combustible provient de ses propres mines, mais elles sont considérées comme relativement pauvres et complexes à exploiter.

Une telle découverte est donc effectivement une nouvelle importante pour le pays, pour une production d'électricité nucléaire sur laquelle elle mise très gros avec l'annonce de la construction de 150 nouveaux réacteurs, comme pour un arsenal atomique qui, malgré des vœux apparemment pieux de non-prolifération, ne cesse de croître à un rythme accéléré.

Bingo!

Comme le note Interesting Engineering, la découverte chinoise n'est pas qu'une bonne nouvelle géostratégique, elle constitue également une avancée imprévue pour la science: ces réserves d'uranium ont été trouvées à une profondeur jamais vue auparavant, 3.000 mètres, ce qui pourrait bouleverser quelques savoirs géologiques établis sur la formation du métal.

Certaines des poches d'uranium récemment découvertes par la Chine l'ont été dans des zones ayant connu une forte activité sismologique, ce qui selon les connaissances actuelles devrait rendre impossible la formation du métal. Celui-ci pourrait avoir été formé à une plus grande profondeur au sein du manteau terrestre, avant d'avoir été remonté puis piégé dans de petites poches par des collisions tectoniques.

La technique utilisée par l'équipe de Li Ziying, directeur du Beijing Research Institute of Uranium Geology, a consisté en la recherche des infimes variations de chaleur dues à la présence d'uranium dans les sols, grâce à des capteurs ultra-sensibles développés pour l'occasion.

Des foreuses spécialisées ont ensuite été chargées d'aller chercher, dans les grandes profondeurs, des extraits du métal supposé. L'équipe a également développé un modèle d'intelligence artificielle lui permettant d'accélérer ses recherches en les ciblant plus efficacement.

Une aiguille atomique dans une très grande botte de foin: localiser l'une de ces poches «est aussi complexe que trouver un CD dans une zone de 10.000 kilomètres carrés», a déclaré Li Ziying dans un journal scientifique chinois. Ces zones pourraient ne pas être que chinoises: les nouvelles méthodes développées par Ziying et son équipe pourraient être utilisées dans nombre d'autres pays du monde afin d'y découvrir des stocks d'uranium jusqu'ici insoupçonnés.

En ce moment

🛢️ Le mic-mac du plafonnement du pétrole russe ✈️ Israël s'entraîne contre l'Iran 💎 Une météorite et deux nouveaux minéraux, une journée sur korii.

Et Cætera

🛢️ Le mic-mac du plafonnement du pétrole russe ✈️ Israël s'entraîne contre l'Iran 💎 Une météorite et deux nouveaux minéraux, une journée sur korii.

Quatre articles pour prendre de l'avance sur le monde.

En Pologne, miner illégalement du charbon dans son jardin peut (de nouveau) rapporter gros

Biz

En Pologne, miner illégalement du charbon dans son jardin peut (de nouveau) rapporter gros

Il est partout et c'est la crise: les exploitations sauvages se multiplient.

La gaffe à un million de roubles de Dmitri Rogozine, copain de Poutine et ex-patron de Roscosmos

Et Cætera

La gaffe à un million de roubles de Dmitri Rogozine, copain de Poutine et ex-patron de Roscosmos

La risée des réseaux.