Le ciel est la limite. | Sander Weeteling via Unsplash
Le ciel est la limite. | Sander Weeteling via Unsplash

280 mètres, 80 GWh par an: Vestas prépare la plus grande éolienne du monde

Un colosse à l'horizon.

Que les bruyants opposants à l'énergie éolienne conservent un peu de voix et de salive, ils n'ont pas fini de hurler contre les moulins qu'ils aiment honnir. Géant mondial du secteur, Vestas a ainsi annoncé souhaiter lancer un prototype de la plus colossale de ses turbines en 2022 sur la côte du Danemark, avant des installations offshore une fois les tests terminés.

(Peu) poétiquement nommée V236-15 MW, la chose sera haute de 280 mètres et animée par des pales de plus de 100 mètres de long (plus qu'un stade de football). Selon Vestas, elle sera théoriquement capable d'atteindre une puissance de 15 mégawatts, soit de produire 80 gigawatts heure sur une année. C'est l'équivalent de la consommation de 20.000 foyers, rapporte CNBC: pas mal pour une seule machine.

Mais Vestas n'est pas la seule à plancher sur de tels monstres des vents. Nous rapportions en début d'année le lancement par General Electrics de l'Haliade-X, une géante de 260 mètres de haut. CNBC cite également l'exemple de la MySE 16.0-242, conçue par le Chinois MingYang Smart Energy, qui de son côté culminera à 264 mètres pour une production électrique promise à peu près équivalente.

Qui sème le vent

Ces annonces tombent à pic, alors que Joe Biden a annoncé un grand plan éolien pour les côtes est et ouest des États-Unis et que se profile la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP26) en Écosse.

L'efficacité unitaire de telles éoliennes peut, à l'évidence, être un atout important dans l'existentielle chasse mondiale au carbone: Vestas promet que sa V236-15 MW permettra «d'économiser» 38.000 tonnes de carbone chaque année par rapport à des sources fossiles.

Malgré sa compétitivité financière et sa nécessité certaine dans le mix énergétique des nations (le vent fournit déjà près de 9% de l'electricité consommée en France), l'éolien continue à nourrir de profonds doutes chez certains observateurs, voire à se créer de féroces ennemis dans la population ou la classe politique.

En France, la candidate Marine Le Pen est ainsi allée jusqu'à proposer de démonter celles ayant déjà été installées –sans que l'on ne sache exactement par quelle magie l'opération serait financée, ni l'électricité perdue remplacée. Le vent finira sans doute par balayer ces ultimes scepticismes.

En ce moment

Crise alimentaire: le crime profite à la Russie

Biz

Crise alimentaire: le crime profite à la Russie

Des millions de morts potentiels, mais des milliards dans les caisses de Moscou.

Aux États-Unis aussi, le nucléaire a de gros soucis

Tech

Aux États-Unis aussi, le nucléaire a de gros soucis

Le parc est vieillissant et l'ensemble du réseau menace de craquer.

L'armée russe a un gros, gros problème avec ses ponts flottants

Tech

L'armée russe a un gros, gros problème avec ses ponts flottants

Les échecs se répètent et se ressemblent, au grand étonnement des analystes occidentaux.