Le projet de la jeune fille apporterait toutes les garanties en matière de sécurité, de faisabilité et de coût. | Free-Photos via Pixabay
Le projet de la jeune fille apporterait toutes les garanties en matière de sécurité, de faisabilité et de coût. | Free-Photos via Pixabay

Une enfant de 13 ans invente une nouvelle version de l'Hyperloop

Le prototype de Caroline Crouchley est moins rapide que celui d'Elon Musk, mais plus sûr et moins cher.

Elon Musk peut trembler. Son projet de train futuriste à très grande vitesse est complètement chamboulé. Et pas par n'importe qui: par une jeune élève de l'école secondaire de Garden City à New York âgée de 13 ans. Arrivé en finale du 3M Young Scientist Challenge 2019, dont la ou le gagnant·e sera désigné·e le 29 octobre, son projet d'Hyperloop a séduit les scientifiques.

L'idée de l'Hyperloop, qui a germé en 2013 dans la tête d'Elon Musk, le patron de Tesla et SpaceX, est de transporter des gens dans des capsules le long d'une voie en forme de tube à basse pression. Trop risqué, selon la jeune Caroline Crouchley, qui pense plutôt utiliser ces longs tubes pour faire avancer des trains placés juste à côté. En reliant le train à une navette magnétique située à l'intérieur de ce tube sous vide, les wagons pourraient être propulsés en avant à toute vitesse.

Si le projet de la jeune fille ne permettrait de faire avancer le train que deux foix plus rapidement que les modèles actuels –quand, en théorie, l'Hyperloop original pourrait grimper jusqu'à 1.100 km/h–, il apporterait toutes les garanties en matière de sécurité, de faisabilité et de coût: en utilisant des voitures et des infrastructures déjà existantes, dont les rails, le prix d'un tel projet s'avérerait en effet beaucoup moins salé.

D'autant que le concept de Crouchley fonctionnerait à l'électricité renouvelable, comme celui imaginé par l'entrepreneur américain. «Nous devons aussi aller dans le sens d'un transport en commun viable et, à l'heure actuelle, les trains sont le moyen de transport le plus écologique», souligne-t-elle.

En attendant le premier Hyperloop

Quand verrons-nous ces fameux transports futuristes ? Une véritable bataille pour l'Hyperloop se joue actuellement. Un trio d'entreprises sont dans la course pour proposer le premier prototype commercialisable, mais de l'expérimentation au premier véritable voyage, la route semble encore longue.

Alors que certains experts doutent encore de la viabilité d'un tel projet, la France est en passe d'effectuer sur son sol un essai historique. La compagnie américaine Hyperloop Transportation Technologies (HTT) vient de terminer la première piste d'essai à taille réelle au monde pour ce mode de transport, à Toulouse Francazal. Ce train théoriquement capable de se déplacer à plus de 1.000 km/h, soit un trajet Toulouse-Paris en quarante minutes, sera testé en 2020.

En Inde, un Hyperloop pourrait voir le jour dès 2029: il permettrait d'aller de Mumbai à Pune en une demi-heure seulement pour un trajet demandant normalement plusieurs heures de voiture.

En ce moment

Les Japonaises interdites de lunettes, xHamster mieux que Facebook, sécuriser son iPhone, aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Les Japonaises interdites de lunettes, xHamster mieux que Facebook, sécuriser son iPhone, aujourd'hui sur korii.

Le récap' du jour.

Google aspire les données médicales de millions de personnes à leur insu

Et Cætera

Google aspire les données médicales de millions de personnes à leur insu

Dans le cadre du «Projet Nightingale», des hôpitaux lui transmettent leurs données sans en informer les patient·es.

Les entreprises japonaises interdisent à leurs employées de porter des lunettes

Et Cætera

Les entreprises japonaises interdisent à leurs employées de porter des lunettes

La mesure n'est que l'une des nombreuses contraintes que les Japonaises doivent respecter au travail.