Meutre sur commande. | Alejo Reinoso via Unsplash

Meutre sur commande. | Alejo Reinoso via Unsplash

Est-il vraiment possible d'engager un tueur à gages sur le dark web?

Des dizaines de sites proposent de commanditer des assassinats.

Le dark web, ce pan d'internet non référencé sur les moteurs de recherche classiques et accessible seulement grâce à des logiciels spéciaux est source de bien des fantasmes. On y trouverait tout ce qui n'existe pas sur le web classique: drogues, armes, faux papiers, données bancaires et même tueurs à gages.

Si des réseaux de trafiquants en tout genre s'organisent en effet sur le dark web, est-il vraiment possible d'ordonner la mort d'une personne pour une poignée de bitcoins? C'est en tout cas la promesse de dizaines de sites, comme Slayer Hitmen (littéralement «Tueurs à gages»), où un meurtre coûte entre 2.000 et 50.000 dollars (entre 1.800 et 45.000 euros), selon la méthode demandée. Mais pour les autorités comme pour les spécialistes, tout ces sites ne sont que des arnaques.

Il n'existe à ce jour aucun cas de meurtre officiellement lié à l'un de ces sites. En revanche, il existe, malgré l'anonymat des échanges, plusieurs personnes derrière les barreaux pour avoir tenté d'y avoir recours.

En août 2019, une infirmière américaine a été condamnée à douze ans de prison pour avoir engagé un tueur sur le site Sicilian Hitmen International Network («Réseau international des tueurs à gages siciliens»). Malgré 12.000 dollars (10.700 euros) en bitcoins déboursés pour faire assassiner la femme de son amant, aucun Sicilien n'a fait le déplacement jusqu'à sa banlieue de Chicago.

«C'est une fantastique opportunité d'arnaque, explique Emily Wilson, de l'entreprise de cybersécurité Terbium Labs. S'ils n'assassinent personne, qu'est-ce que vous allez faire?»

Assassins fictifs, clientèle réelle

Chris Monteiro, un Londonien passionné par le sujet a réussi à hacker certains de ces sites, où il a découvert 283 personnes ayant déjà payé pour commanditer un assassinat.

Il y a aussi trouvé des messages d'un administrateur du site Mesa Mafia qui suggèrent que le tout est bien une arnaque. Comme ce message à un vidéaste: «J'ai besoin de vidéos qui prouvent que le site est vrai, mais SANS tuer personne.»

Selon Monteiro, neuf individus identifiés par ses soins ont été arrêtés. L'un d'entre eux aurait finalement tué sa femme lui-même, son tueur à 6.000 dollars n'étant jamais venu. Car les clients aux envies de meurtre sont, eux, bien réels.

Il existe toutefois un cas documenté: l'assassinat d'une policière moscovite anti-drogue en 2018 aurait été commandité sur le dark web. On est très loin de l'image de l'assassin expérimenté en costume affichée sur certains sites. Les tueurs présumés sont deux adolescents russes contactés via la messagerie de Hydra, une plateforme russe de vente de drogue.

Ce sont ces types de plateformes, où différents criminels entrent en contact, qui intéressent la police. Bien davantage que des sites de tueurs à gages, où les clients sont plus dangereux que les tueurs.

En ce moment

L'impossible retraite à 40 ans, la guerre des masques, des robots biologiques, une journée sur korii.

Et Cætera

L'impossible retraite à 40 ans, la guerre des masques, des robots biologiques, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'hui.

À la rencontre des «xenobots», les premiers robots biologiques au monde

Tech

À la rencontre des «xenobots», les premiers robots biologiques au monde

Entre machines programmées et organismes vivants, ces choses d'un genre nouveau ouvrent des portes sur le futur.

La retraite avant 40 ans: quand le rêve vire au cauchemar

Biz

La retraite avant 40 ans: quand le rêve vire au cauchemar

Les adeptes du mouvement FIRE ont investi jeunes pour arrêter de travailler tôt. Sans voir la crise venir.