Il faut manger beaucoup de beignets pour faire bouger ce gros machin. | Jonathan Nackstrand / AFP
Il faut manger beaucoup de beignets pour faire bouger ce gros machin. | Jonathan Nackstrand / AFP

Pour atteindre la neutralité carbone, Maersk aimerait que vous mangiez plus de frites

L'environnement, c'est à la fois simple compliqué.

S'il ne représente qu'une fraction du total émis par le secteur mondial du transport, le fret par voie maritime a une empreinte carbone loin d'être négligeable. Les émissions de gaz à effet de serre des navires géants qui sillonnent les océans pour vous livrer votre trampoline ou votre téléviseur ont augmenté de 32% ces vingt dernières années.

Cette tendance à la hausse n'est pas prête de cesser. Depuis l'irruption du Covid, notamment, le transport maritime connaît une croissance telle que les prix du fret explosent et que les containers viennent à manquer.

Pour les transporteurs, et comme le rappelle le catastrophique dernier rapport du GIEC, viser très vite une empreinte carbone moindre, voire nulle, représente plus que jamais un objectif vital pour la planète. C'est ce que tente de faire A.P. Moller Maersk A/S, l'un des mastodontes du secteur qui, dès 2019, affirmait viser la neutralité carbone dès 2030 pour ses activités.

Las, comme l'explique Bloomberg, la firme compte sur les biocarburants pour verdir quelque peu ses navires –biocarburants qui reposent en partie sur la valorisation des huiles de friture usagées. Or, ces dernières commencent à manquer: Maersk semble avoir tout le mal du monde à récupérer suffisamment de ce type de déchets indispensables à la réalisation de ses objectifs.

C'est gras, docteur?

«Le problème, c'est que le monde ne mange pas assez de frites», explique de manière étonnante Søren Skou, patron d'une entreprise qui opère une flotte de plus de 700 bateaux dans le monde et emploie 84.000 personnes. «Nous n'arrivons pas à faire grimper notre fourniture. Si nos taux de croissance suivent leur tendance, nous manquerons d'huile dans un ou deux ans.»

La demande mondiale est telle, poursuit Skou, que le prix de l'huile de friture usagée se situe désormais, en Europe, à un niveau plus élevé que celui de l'huile encore vierge. Impossible de remplacer la première par la seconde: cette dernière est logiquement considérée comme de la nourriture.

Trouver des solutions et des fournisseurs en nombre suffisant relève donc du casse-tête. Bloomberg rappelle que Maersk consomme chaque année 12 millions de tonnes de carburant marin, soit à peu près l'équivalent de la production mondiale de pétrole en une journée.

Søren Skou explique en outre que Maersk compte également beaucoup sur le méthanol vert, mais qu'il reste aujourd'hui problématique de se fournir en volumes suffisants.

Pour accélérer la transition, sa firme a passé commande d'un bateau présenté comme essentiellement neutre en carbone et elle compte multiplier les investissements en ce sens. Mais, conclut le chef d'entreprise, les carburants, et non les navires, pourraient bloquer le processus pour encore quelque temps.

En ce moment

Contre l'enfer des places de parking, la première voiture pliable

Tech

Contre l'enfer des places de parking, la première voiture pliable

L'entreprise israélienne City Transformer a inventé un véhicule à châssis rétractable.

Mauvaise nouvelle: le prix de l'énergie solaire grimpe pour la première fois depuis sept ans

Biz

Mauvaise nouvelle: le prix de l'énergie solaire grimpe pour la première fois depuis sept ans

Une menace pour nos objectifs climatiques.

Aux États-Unis, Kratos teste un drone lanceur de drones kamikazes

Tech

Aux États-Unis, Kratos teste un drone lanceur de drones kamikazes

De quoi profondément bouleverser un champ de bataille.