«Les sociétés libres doivent prouver la résilience de la démocratie libérale face aux changements technologiques qui la menacent», prévient-il. Eric Schmidt à Madrid (Espagne), le 10 octobre 2014 | Dani Pozo / AFP
«Les sociétés libres doivent prouver la résilience de la démocratie libérale face aux changements technologiques qui la menacent», prévient-il. Eric Schmidt à Madrid (Espagne), le 10 octobre 2014 | Dani Pozo / AFP

Eric Schmidt veut un retour de l'État américain pour gagner la «guerre technologique» contre la Chine

Selon l’ancien patron de Google, la Chine pourrait devenir le leader mondial du secteur dans dix ans si Washington ne soutient pas davantage la recherche.

«Nous ne pouvons pas gagner les guerres technologiques sans l'aide du gouvernement fédéral.» Dans un édito publié par le New York Times, Eric Schmidt –qui dirige désormais la National Security Commission on Artificial Intelligence et le Defense Innovation Board– demande au gouvernement de soutenir davantage la recherche.

Tout en saluant le dynamisme du secteur privé, l'ancien patron de Google affirme qu'il n'y a pas d'innovation sans aide de l'État. Il rappelle au passage que ses propres projets de recherche en informatique, dans les années 1970 et 1980, ont bénéficié de financements de la NSF et de la DARPA.

Selon Schmidt, «les Américains –y compris les dirigeant·es de la Silicon Valley– se sont trop reposés sur le secteur privé pour assurer le leadership mondial des États-Unis dans les nouvelles technologies.» Or, si la Chine ravissait cette place, les implications en matière de sécurité nationale et d'économie seraient très problématiques, assure-t-il.

Un plan de bataille

«La Chine compte [...] deux fois plus de superordinateurs et [...] quinze fois plus d'antennes 5G déployées que les États-Unis. Si les tendances actuelles se poursuivent, les investissements globaux de la Chine dans la recherche et développement devraient dépasser ceux des États-Unis d'ici dix ans, au moment où son économie devrait devenir plus grande que la nôtre», prévient Schmidt.

Eric Schmidt pense que le gouvernement américain devrait soutenir en priorité les technologies ayant des implications concernant la sécurité nationale. Il propose plusieurs pistes: doubler les investissements actuels du gouvernement américain dans l'IA et dans le quantique et les étendre à d'autres secteurs non-militaires émergents et accroître le budget recherche et développement du Pentagone en font partie.

Mais encore préconise-t-il de favoriser l'émergence d'un concurrent américain de Huawei; développer les partenariats entre le gouvernement américain et les entreprises, ainsi que les financements innovants pour la recherche; améliorer la formation et l'attractivité du secteur de la recherche pour attirer les talents étrangers. Enfin, il insiste sur la nécessité de réguler l'utilisation de l'IA pour répondre aux attentes des citoyen·nes.

Pour Schmidt, l'enjeu est aussi celui d'un modèle de société. «Les Américains devraient se méfier d'un monde façonné par la vision chinoise de la relation entre la technologie et la gouvernance autoritaire. Les sociétés libres doivent prouver la résilience de la démocratie libérale face aux changements technologiques qui la menacent», prévient-il.

En ce moment

L'impossible retraite à 40 ans, la guerre des masques, des robots biologiques, une journée sur korii.

Et Cætera

L'impossible retraite à 40 ans, la guerre des masques, des robots biologiques, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'hui.

À la rencontre des «xenobots», les premiers robots biologiques au monde

Tech

À la rencontre des «xenobots», les premiers robots biologiques au monde

Entre machines programmées et organismes vivants, ces choses d'un genre nouveau ouvrent des portes sur le futur.

La retraite avant 40 ans: quand le rêve vire au cauchemar

Biz

La retraite avant 40 ans: quand le rêve vire au cauchemar

Les adeptes du mouvement FIRE ont investi jeunes pour arrêter de travailler tôt. Sans voir la crise venir.