Parés au décollage? | Space Transportation
Parés au décollage? | Space Transportation

La fusée ailée de Space Transportation promet un New York-Pékin en une heure

Le tour du monde en vraiment pas très longtemps.

New York-Pékin en une heure. Un rêve impossible? Pas pour la start-up chinoise Space Transportation, structure bien nommée dont l'objectif fou et avoué est de lancer, dès 2025, sa fusée ailée à l'assaut du futur marché des vols suborbitaux pour humains très pressés.

«Nous développons une fusée ailée pour des transports à haute vitesse d'un point A à un point B, qui sera moins coûteuse que les engins lanceurs de satellites et plus rapide qu'un aéronef traditionnel», explique un porte-parole de l'entreprise dans un article publié par Yicheng Times, repris et traduit par Space.com.

Une impressionnante animation de démonstration sur le site de la compagnie détaille le concept sur lequel elle travaille, composé de deux éléments intégralement réutilisables. Sa fusée ailée est attachée à une grande structure elle aussi dotée d'ailes et de moteurs, qui l'aide à décoller.

Une fois l'altitude suborbitale atteinte, le transporteur se détache de son lanceur pour poursuivre son vol à une vitesse hypersonique annoncée de plus de 4.000 kilomètres par heure, et enfin atterrir tranquillement à la verticale, comme le ferait un engin conçu par SpaceX. Sa «fusée de décollage» est elle aussi récupérée ailleurs dans le monde.

Autour du monde

Space Transportation promet des tests au sol dès 2023, avec un premier vol en 2024 et un premier vol habité l'année suivante. La promesse est folle et le rythme rapide, mais Space.com note que la firme ne sort pas de nulle part et aurait déjà levé près de 50 millions de dollars pour développer sa solution.

De plus, la petite structure fondée en 2018 a déjà effectué des tests de vols suborbitaux avec deux engins spatiaux, nommés Tianxing-1 et Tianxing-2. Elle souhaiterait également effectuer des vols habités non plus suborbitaux mais orbitaux –donc spatiaux– dès 2030.

Les ambitions sont donc là, mais la Space Transportation les partage avec d'autres acteurs de plus ou moins grande envergure. SpaceX a notamment déjà montré son intérêt pour le transport habité suborbital d'un point à un autre du globe, et pourrait être choisie par l'armée américaine pour transporter à très haute vitesse troupes et matériels.

Avec son patron Richard Branson à bord et malgré quelques sérieux déboires réglementaires, Virgin Galactic a également déjà montré sa capacité à animer le marché du tourisme spatial suborbital et, peut-être à l'avenir, du transport rapide de personnes d'un point à un autre du globe.

Quant à la jeune pousse Radian, elle a annoncé un lanceur orbital monoétage qui pourrait non seulement secouer le futur du lancement spatial, mais aussi celui du transport de biens ou de personnes.

En ce moment

🌀 Un vol effrayant au cœur de l'ouragan 🔫 Un lance-grenades automatique en Palestine 🧮 Les «posits» qui bouleversent les maths, hier sur korii.

Et Cætera

🌀 Un vol effrayant au cœur de l'ouragan 🔫 Un lance-grenades automatique en Palestine 🧮 Les «posits» qui bouleversent les maths, hier sur korii.

Quatre articles pour voir le monde d'un autre œil.

Les «posits», une nouvelle forme de nombres qui révolutionne l'IA

Tech

Les «posits», une nouvelle forme de nombres qui révolutionne l'IA

Une précision 10.000 fois supérieure à la normale.

La première tourelle israélienne contrôlée par une IA vient d'être installée en Palestine

Tech

La première tourelle israélienne contrôlée par une IA vient d'être installée en Palestine

Selon l'armée, elle ne tire pas (encore) de balles réelles.