Une capsule CRS-10 Dragon de SpaceX revient sur Terre. | SpaceX via Unsplash

Une capsule CRS-10 Dragon de SpaceX revient sur Terre. | SpaceX via Unsplash

Inversion Space, la start-up qui veut faire pleuvoir les colis depuis l'espace

Elle souhaite (notamment) livrer des organes artificiels depuis l'orbite terrestre.

L'une des entreprises les plus puissantes du monde l'est devenue en offrant un moyen de se faire livrer à domicile à peu près n'importe quoi en très peu de temps. Des centaines de firmes veulent donc récupérer une part de ce pantagruélique gâteau de la livraison express. Certaines en proposant des innovations farfelues.

Robot livreur de pizza, véhicule autonome miniature, livraison par drone volant: tout est bon pour ne pas avoir à quitter son domicile. Seulement, au jeu de l'idée folle, personne sans doute n'arrive à la cheville d'Inversion Space, une start-up lancée en 2021.

Comme son nom l'indique plus ou moins clairement, Inversion souhaite tout simplement livrer des colis depuis l'espace. Évidemment, pas question d'envoyer une pizza ou de nouvelles taies d'oreillers, le processus serait légèrement trop coûteux. L'ambition d'Inversion est d'envoyer vers la Terre des organes artificiels, qui pourraient arriver en quelques heures sur n'importe quelle table d'opération dans le monde.

D'après la start-up, les conditions d'apesanteur sont idéales pour conserver les fragiles organes. Son plan consiste à envoyer les colis dans une station spatiale avec une fusée classique, puis de les renvoyer sur Terre à la demande, avec une précision de quelques dizaines de kilomètres d'approximation.

Dans le futur, la jeune pousse espère élargir son offre, en envoyant par exemple tout le nécessaire pour monter un hôpital de campagne dans une zone difficile après une catastrophe naturelle. Un usage militaire n'est pas non plus difficile à envisager.

La tête dans les étoiles

Si ce projet est très ambitieux, il n'est qu'embryonnaire. Inversion Space teste pour l'instant ses capsules en les larguant d'un avion volant à 900 mètres d'altitude et en amortissant la descente à l'aide d'un parachute: on est encore loin d'un entrepôt spatial.

Ce projet fait partie des idées rendues possibles –ou du moins envisageables– par l'arrivée dans le secteur spatial des acteurs privés comme SpaceX, Blue Origin ou Virgin Galactic. Cette nouvelle concurrence a considérablement fait baisser le prix d'entrée vers l'espace.

Lancer un kilo dans l'espace est actuellement 90% moins cher qu'il y a trente ans, explique le New York Times. Aujourd'hui, le prix de départ pour réserver un espace dans une fusée SpaceX est d'un million de dollars (909.000 d'euros), une somme conséquente mais pas inaccessible. Inversion refuse toutefois pour l'instant de fournir une estimation du prix d'une telle livraison.

En réalité, ce n'est pas tant la montée que la redescente qui présente un défi technique. La chaleur et les vibrations générées par l'entrée dans l'atmosphère sont particulièrement difficiles à gérer lorsque le projectile est petit.

Pour développer tout cela, Inversion a rejoint Y Combinator, un fameux incubateur de la Silicon Valley, et levé 10 millions de dollars. Les firmes de capital-risque raffolent en ce moment de l'espace: 7,7 milliards de dollars ont été investis dans le secteur pour la seule année 2021.

En ce moment

🌀 Un vol effrayant au cœur de l'ouragan 🔫 Un lance-grenades automatique en Palestine 🧮 Les «posits» qui bouleversent les maths, hier sur korii.

Et Cætera

🌀 Un vol effrayant au cœur de l'ouragan 🔫 Un lance-grenades automatique en Palestine 🧮 Les «posits» qui bouleversent les maths, hier sur korii.

Quatre articles pour voir le monde d'un autre œil.

Les «posits», une nouvelle forme de nombres qui révolutionne l'IA

Tech

Les «posits», une nouvelle forme de nombres qui révolutionne l'IA

Une précision 10.000 fois supérieure à la normale.

La première tourelle israélienne contrôlée par une IA vient d'être installée en Palestine

Tech

La première tourelle israélienne contrôlée par une IA vient d'être installée en Palestine

Selon l'armée, elle ne tire pas (encore) de balles réelles.