Nul besoin de fusée pour envoyer cette navette loin du plancher des vaches. | Radian Aerospace
Nul besoin de fusée pour envoyer cette navette loin du plancher des vaches. | Radian Aerospace

Lanceur orbital monoétage: Radian annonce le «Graal du vol spatial»

Comme un avion, mais en beaucoup plus haut.

L'expression est de Ars Technica, et résume à la perfection ce que pourrait devenir le Radian One dans la conquête spatiale commerciale: un Graal technologique. Annoncé par Radian Aerospace, une start-up jusqu'ici très discrète basée à Renton, aux États-Unis, le Radian One est un «lanceur orbital monoétage».

Un quoi? Un lanceur orbital monoétage. Soit, pour résumer, un appareil à tout faire, réutilisable à l'infini, capable de décoller du sol comme un avion classique puis d'atteindre l'orbite terrestre pour y faire son affaire, déposer un satellite par exemple, et enfin de revenir au sol et de s'y poser comme une fleur.

«Nous comprenons à quel point c'est difficile», a expliqué Livingston Holder, ex-patron du programme X-33, lors de la présentation du Radian One.

C'est d'autant plus difficile que, si la compagnie fondée en 2016 a pu lever près de 30 millions de dollars, elle est encore très loin du compte pour le développement complet d'un engin si miraculeux, dont elle n'annonce les premiers vols que pour un vague «avant la fin de la décennie».

Ce qui n'empêche pas la structure d'avancer, à petits pas mais avec les idées claires. Animé par trois gros moteurs maison alimentés par un carburant liquide et qu'elle affirme avoir déjà testés, le Radian One présenté devrait ainsi, si les promesses sont tenues, être capable d'emporter cinq personnes et 2.500 kilos de matériel en orbite.

Vieux rêve, nouveaux horizons

L'idée, explique Radian Aerospace, est de pouvoir intégrer le plus fluidement possible les opérations de l'engin au trafic aérien habituel –et, bien sûr, de pouvoir se passer des coûteuses et complexes infrastructures nécessaires au lancement de fusées classiques, réutilisables ou non.

S'il devait un jour voler aussi simplement qu'il le promet, le Radian One s'ouvrirait de nombreux marchés. Il pourrait servir à des missions d'observations de la Terre, civiles comme militaires, il pourrait faire la navette vers les stations spatiales de basse orbite que la NASA envisage de lancer.

Il pourrait même servir à transporter, à une vitesse jusqu'alors impossible, des humains d'un point A à un point B sur la planète, ce que le Pentagone envisage déjà avec SpaceX et son Starship.

Comme l'explique Ars Technica, les projets de lanceurs orbitaux monoétages n'ont rien de nouveau. La NASA, Boeing ou Lockheed Martin notamment ont travaillé pendant des années sur de tels engins –dont le X-33 cité plus haut, puis le VentureStar– avant de devoir abandonner, faute de financements suffisants.

Mais le succès de SpaceX et les folles prévisions financières pour le futur du marché du lancement orbital font que les capitaux affluent en masse, et Radian pourrait avoir choisi le bon moment pour présenter sa chose. «Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis les véritables dernières tentatives. La technologie a depuis progressé, et des gens ont la volonté de financer ce type de projet», espère Holder.

En ce moment

Le XA100, un réacteur nouvelle génération révolutionnaire pour les jets du futur

Tech

Le XA100, un réacteur nouvelle génération révolutionnaire pour les jets du futur

Le moteur à «cycle adaptatif» de GE pourrait équiper les F-35 ou ses successeurs.

Avec sa centrale hybride fusion-fission, la Chine annonce une révolution dès 2028

Tech

Avec sa centrale hybride fusion-fission, la Chine annonce une révolution dès 2028

Grâce au «Z-pinch», et à beaucoup d'optimisme.

☢️ Poutine, ou se préparer au pire 🐉 Les dragons volent-ils? ✈️ J-20 chinois vs F-22 américains, une journée sur korii.

Et Cætera

☢️ Poutine, ou se préparer au pire 🐉 Les dragons volent-ils? ✈️ J-20 chinois vs F-22 américains, une journée sur korii.

Quatre articles pour poser un autre regard sur le monde.